Tanitnews

Obama a appelé Trump pour le féliciter, l'invite à la Maison Blanche


Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi en fait partie.

Réaffirmant qu'il avait des différences de vue "très marquées" avec Donald Trump, il a rappelé qu'il y a huit ans, il avait également des divergences profondes avec son prédécesseur George W. Bush, et que cela n'avait pas empêché une transition "exemplaire" du pouvoir.

"Je m'engage à être le président de tous les Américains", a promis l'homme d'affaires de 70 ans.

Donald Trump prendra ses fonctions à la tête de la première puissance mondiale le 20 janvier. D'autant que l'administration Obama avait imposé des sanctions contre plusieurs proches du président burundais.

"Cette victoire de Trump ressemble plus à ce qui s'est passé au Burundi".

" Nous ne sommes pas dans cette logique", tente pourtant de justifier Willy Nyamitwe, conseiller principal en communication de la présidence burundaise. "Félicitations au président élu Donald Trump", a tweeté Atoki Ileka. L'Union européenne a proposé un sommet à Donald Trump "dès que possible". Les propos obscènes et machistes de Donald Trump et les accusations d'agressions sexuelles contre le candidat républicain ne semblent pas avoir eu d'impact significatif sur le vote des femmes.

Au terme d'une soirée à suspense, les États-Unis se sont donc choisis leur 45e président.

La victoire de Trump rebat les cartes — Présidentielle en France
Hillary Clinton s'est contentée de donner un coup de fil à son adversaire pour le "féliciter" et reconnaître sa défaite. L'heure est venue pour l'Amérique de panser les paies de la division (.) Nous avons un bon programme économique.

"Alain Juppé, favori des sondages pour la primaire de la droite, a " pris acte ", de la " décision souveraine " du peuple américain, après l'élection de Donald Trump, et mis en garde les Français contre " les risques que la démagogie et l'extrémisme font courir à la démocratie ".

C'est là aussi que Donald Trump par son discours protectionniste hostile au libre-échange se trouve dans une position hétérodoxe à l'intérieur de son propre parti, un parti qui lui est certes redevable d'avoir conquis la Maison Blanche contre toutes les attentes mais dont Donald Trump lui-même ne peut se passer, d'abord pour former un cabinet, puis pour construire une relation productive avec le Congrès. Si Kinshasa n'a pas encore félicité de manière officielle le nouveau locataire de la Maison-Blanche, l'ambassadeur congolais à Paris l'a déjà fait.

Le républicain populiste Donald Trump a remporté l'élection présidentielle américaine, un séisme politique qui plonge les Etats-Unis et le monde dans une incertitude vertigineuse. Ce système réorganise systématiquement l'espace et les gens, et aggrave leurs inégalités, entre d'un côté des mégapoles très connectées à l'économie-monde, quelques régions qui tirent leur épingle du jeu; et de l'autre côté des territoires relégués qui s'enfoncent dans le précariat.

Pour l'Afrique, c'est le brouillard total.

L'élection de Donald Trump était une possibilité que Barack Obama n'avait probablement pas envisagée sérieusement à l'époque. Je suis fier d'Hillary Clinton. Pour l'Afrique, en revanche, c'est le brouillard total.

"J'ai commis une erreur en utilisant une boîte mail privée", a-t-elle déclaré lors du premier débat face à Donald Trump, qui a aussitôt rétorqué: "ça c'est certain". La seule note positive, elle vient de Moscou: Vladimir Poutine espère ainsi que les relations entre les deux pays vont se réchauffer - d'après les positions pro-russes et l'inclination du nouveau président américain pour ce pays, il y a des chances pour que ce soit effectivement le cas. Ce mercredi, les titres de la presse outre-atlantique reflètent l'étonnement suscité par l'élection du candidat républicain. Il a par ailleurs plaidé pour " plus de coopération et de coordination pour le bénéfice des peuples égyptien et américain", ainsi que pour " le renforcement de la paix, de la stabilité et du développement au Moyen-Orient ".

Articles Liés

Commentaires