Tanitnews

" "Primaire. Sarkozy et Fillon grimpent, " rien n'est joué " dit Juppé


Incontestablement, à six jours du premier tour de la primaire, le 20 novembre, il se produit un "effet François Fillon" qui grimpe dans les sondages. C'est loin derrière Alain Juppé, toujours en tête, mais très près désormais de Nicolas Sarkozy crédité de 26% d'intentions de vote.

Les trois autres candidats à l'investiture présidentielle, Nathalie Kosciusko-Morizet (4%), Jean-François Copé (1%) et Jean-Frédéric Poisson (1%), ne dépassent pas les 5%. Dans le cas d'une participation plus faible (2,3 millions), l'avance de l'ancien Premier ministre sur l'ex-chef d'Etat serait minime (35% contre 34%). Au second tour (le 27 novembre), quelle que soit l'hypothèse de participation, Alain Juppé l'emporterait sur Nicolas Sarkozy: par 59% contre 41% (participation moyenne), 62% contre 38% (large) ou 57% contre 43% (faible).

Alors que le duel entre Nicolas Sarkozy et Alain Juppé semblait inévitable, François Fillon vient bousculer l'ordre établi, en essayant de se faire une place au soleil pour l'ultime affrontement du second tour face au maire de Bordeaux.

LIRE AUSSI - Carte interactive: où voter en région pour la primaire de la droite?

Donald Trump a été reçu par Barack Obama à la Maison Blanche
Le dollar a chuté alors que les investisseurs se précipitaient sur les valeurs refuges comme l'or et les marchés obligataires. L'extrême droite s'est a contrario félicitée - la Française Marine Le Pen en tête - de l'avènement d'une nouvelle ère.

Ce sondage a été réalisé en ligne du 7 au 9 novembre auprès d'un échantillon de 975 personnes inscrites sur les listes électorales et déclarant qu'elles iront certainement voter à la primaire de la droite.

Alain Juppé prévoit un résultat serré dans "cette élection tout à fait inédite" dont le "corps électoral est méconnu". Néanmoins, ce dernier restera en tête dans les sondages. Nicolas Sarkozy stagne lui aux alentours de 30%. Le maire de Bordeaux reste toutefois largement le favori du 2 tour.

Quand on rentre plus en détail dans le sondage, on se rend compte que la " chute " d'Alain Juppé est étroitement corrélée à la diminution des intentions de vote à la primaire de la part de l'électorat de gauche. A tel point que le favori du scrutin Alain Juppé, en baisse dans les études d'opinion, a attaqué son programme lundi sur RTL.

Il a par ailleurs mis en avant la question de l'éventuel futur statut d'"économie de marché" de la Chine, prônant, comme il l'a selon lui déjà dit, "des mesures anti-dumping".

Articles Liés

Commentaires