Tanitnews

" Je suis candidat à la présidence de la République " — Emmanuel Macron


Ca change la donne d'abord à gauche: "pour la première fois de l'histoire de la Ve République, peut-être qu'un président sortant ne va pas être en mesure de se présenter (.) ça doit sacrément le gêner (François Hollande) aux entournures", a-t-il déclaré mercredi sur BFMTV/RMC. Et d'ajouter qu'en tant que ministre de l'Economie sous la présidence de François Hollande, il avait exprimé ses "différences".

Officiellement candidat à l'élection présidentielle depuis ce matin, l'ancien banquier d'affaires qui aime tant se ressourcer auprès des siens risque en effet fort d'être très occupé et donc de passer moins de temps avec sa femme Brigitte, ses trois enfants (Sébastien, Laurence et Typhaine respectivement ingénieur, cardiologue et avocate) et ses sept petits enfants. Le fondateur d'En marche a annoncé sa candidature à l'élection présidentielle, ce mercredi 16 novembre, à Bobigny.

Face à une "alternance du repli", incarnée par la droite, Emmanuel Macron veut incarner une "alternance de l'espoir", croit savoir un député fidèle au jeune loup de la politique. Mais ses proches égrènent les chiffres: près de 100.000 adhérents structurés en plus de 1.700 comités locaux, plus de 2,7 millions d'euros de dons, une cinquantaine de parlementaires conquis...

Qui a peur d'Emmanuel Macron?

Obama facilite la transition avec Trump
Obama, souriant, a promis à son successeur de faire tout ce qu'il pourrait pour assurer son succès, ajoutant que la réussite de M. Les deux hommes, qui se sont serré la main après s'être exprimés devant les journalistes, n'ont répondu à aucune question.

L'extrême droite, elle, juge que sa candidature s'ajoute à une offre "libérale", déjà "complètement saturée".

Le plus dur pour le candidat Macron reste à faire. "Il y a une chose, c'est qu'on n'a pas la responsabilité politique des décisions qui sont prises", a-t-il toutefois souligné. A réunir ses parrainages? Sauf que soutenir un candidat dissident, c'est s'exposer à une exclusion du parti pour les socialistes qui en ont fait le choix, comme l'a laissé entendre Jean-Christophe Cambadélis. Je suis convaincu que c'est en affrontant la réalité du monde que nous pourrons retrouver de l'espérance. Et la déclaration la plus piquante vient incontestablement de son ancien patron, Manuel Valls. "Je veux libérer l'énergie de ceux qui peuvent et protéger les plus faibles", a-t-il lancé.

À ce jour, Emmanuel Macron est au mieux crédité d'environ 14 % des suffrages au premier tour de la présidentielle.

Articles Liés

Commentaires