Tanitnews

Les temps de trajet explosent selon un nouveau rapport — Voies sur berges


Par exemple, comme le révèle Le Figaro, dans le quartier le plus concerné sur les quais au-dessus de la rive droite, la durée du trajet a augmenté de neuf minutes le soir, soit 135 % de hausse.

Le rapport est sans équivoque: la piétonnisation de la rive droite des voies sur berges, instaurée par la municipalité il y a moins de deux mois, aurait plusieurs effets désastreux, selon un rapport que Le Figaro a dévoilé.

Fort de soixante pages, ce rapport commandé par Valérie Pécresse, présidente (LR) de la région, souligne l'augmentation des nuisances sonores et environnementales et surtout les problèmes de circulation, à savoir la densification des embouteillages.

Pour la présidente de région, qui s'exprimait ce jeudi sur Europe 1, " les hausses de temps de transport liées aux voies sur berge sont beaucoup plus importantes que ce que la mairie de Paris nous donne et surtout, et ça c'est très important, que cette fermeture des voies sur berges a impacté la banlieue ".

Un rapport défavorable dont se sont immédiatement saisi les détracteurs du projet, au premier rang desquels Les Républicains. En conséquent, le juge administratif rejette la requête des opposants au projet de piétonisation des berges de la Seine rive droite et confirme sa légalité. Cette portion allant de l'entrée du tunnel des Tuileries à la sortie du tunnel Henri-IV a été piétonnisée dans le cadre du projet de la maire (PS) Anne Hidalgo de réduire la pollution de l'air à Paris.

Emmanuel Macron candidat : les réactions à droite et à gauche
Avant l'annonce de sa candidature, l'ancien banquier de 38 ans était au mieux crédité d'environ 14% des suffrages au premier tour de la présidentielle.

"Pas parce que les faits lui donnent tort qu'elle est autorisée à les travestir".

Selon le comité d'experts, présidé par un médecin-chef du Samu qui rassemble des spécialistes du bruit, de la pollution et de l'urbanisme, le trafic s'est notamment densifié sur le périphérique ouest.

Dans Paris, les voies de reports sont irrémédiablement prises d'assauts. pour des temps d'attente en nette hausse: le trafic a bondi de 51 % sur une partie des quais hauts, depuis la fermeture de la voie basse, et de 21 % sur le boulevard Saint-Germain, autre axe de report.

La piétonnisation de ces voies, en vigueur de fait depuis mi-juillet, suscite les passions depuis des mois. Ce "rapport, dont la méthodologie n'est pas précisée, se fonde pour partie sur des données déjà publiées par la Ville de Paris et par la Préfecture de Police début octobre - mais qui s'avèrent ici reprises de façon partielle - et pour l'autre partie sur des données dont l'origine n'est pas précisée et dont la véracité n'est donc pas prouvée", ajoute le communiqué.

Articles Liés

Commentaires