Tanitnews

Primaire à droite : Fillon vainqueur ? une option crédible


Les candidats à l'investiture en vue de la présidentielle de 2017 ont livré un débat plutôt lisse, sans trop de grandes envolées mais où les participants ont tout de même affiché certaines divergences, notamment sur les répercussions de la victoire de Donald Trump à la présidentielle américaine qui a donné des ailes à l'extrême droite, à trois jours d'un premier tour à suspense.

Alain Juppé (-1) reste en tête des intentions de vote pour la primaire à droite, devant Nicolas Sarkozy (-5), en baisse, et François Fillon en forte hausse (+7), selon un sondage BVA.

La question qui se pose maintenant, est de savoir à la place de qui François Fillon irait au second tour. Ces deux derniers chiffres sont stables.

Après deux mois de campagne officielle, les candidats auront environ deux heures pour conforter leur avance, combler leur retard ou créer la surprise.

Une campagne crispée, des sondages qui se resserrent et un épilogue de plus en plus incertain.

Suivra une séquence de 20 minutes de débat plus direct, ponctuée de questions vidéo posées par des internautes. Les candidats auront ensuite 90 secondes pour conclure.

Les affaires judiciaires avaient fourni la séquence la plus marquante du premier débat. Ils ne sont que 16% à croire à celle de Nicolas Sarkozy et 7% à celle de François Fillon (+2). Le maire de Bordeaux s'exprime également sur la candidature d'Emmanuel Macron, les conséquences de l'élection de Donald Trump et sa vision pour l'Europe.

Zidane: Ronaldo "met tout le monde d'accord"
L'accrochage qui a eu lieu entre Cristiano Ronaldo et Koke lors du derby Real Madrid a peut-être son explication. D'après le triple ballon d'or , le milieu des Colchoneros a été offensant:"Il m'a appelé Maricon (homosexuel)".

Lire aussi. Primaire à droite. "Il y a des gens qui sont tentés d'aller voter Juppé, il faut leur offrir une alternative", expliquait mardi un de ses soutiens parlementaires. Sans parti-pris, force est de constater que François Fillon a su mener une campagne électorale sans faux-pas notable, patiemment construite au point d'apparaître parfois faussement monotone.

Nicolas Sarkozy a d'ailleurs déjà commencé à attaquer son ancien premier ministre, alors qu'il préférait cibler ses attaques sur Alain Juppé et ses liens avec François Bayrou.

L'ancien ministre, qui a quitté le gouvernement en août, a annoncé mercredi sa candidature à l'Elysée. Nicolas Sarkozy propose de réduire à 26% (y compris les prélèvements sociaux) la taxation des plus-values mobilières.

La première partie a été construite autour de thématiques choisies les Français grâce à un sondage Harris Interractive, réalisé auprès d'un panel de 6000 personnes. Mais "dans toutes les enquêtes (...), le second tour s'apparente à un référendum anti-Sarkozy, un "TSS" ", relève Frédéric Dabi (Ifop).

Mais qu'est-ce qui fera la différence? François Fillon veut une baisse des droits de mutation à titre onéreux payés chez le notaire. "Je ne suis pas le candidat d'une petite élite française". "C'est un débat décisif pour tout le monde ", a commenté Bruno Le Maire, quelque peu emprunté lors des deux premières confrontations télévisées, dépossédé du statut de trublion par François Fillon. On imagine mal, désormais, Nathalie Kosciusko-Morizet, Jean-François Copé ou Jean-Frédéric Poisson se distinguer autrement que par leur pouvoir de nuisance.

Après le débat, les trois favoris lanceront un ultime appel au suffrage vendredi 18 novembre. L'évolution de cette proportion en faveur des Républicains bénéficierait à Nicolas Sarkozy qui pourrait ainsi se rapprocher d'Alain Juppé.

Articles Liés

Commentaires