Tanitnews

"Récit national" et référendums: Hollande s'oppose à Fillon


François Fillon s'est félicité vendredi d'avoir eu un débat "digne" jeudi soir avec Alain Juppé, son adversaire du second tour de la primaire de la droite dont les critiques ont été "contre-productives pour lui-même" et pour "la droite et le centre".

Ce sondage a été réalisé jeudi soir et vendredi en ligne auprès d'un échantillon de 550 personnes certains d'aller voter, issu d'un échantillon représentatif de 4.871 personnes.

"Ce deuxième tour, ce n'est pas un combat, c'est la présentation de projets de deux hommes qui appartiennent à la même famille politique et qui, je pense, ont la même éthique de l'action publique", a désamorcé, calme et serein, l'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy. "François Fillon et Alain Juppé se sont affrontés à la loyale pratiquement de bout en bout", a commenté Patrice Chabanet dans Le Journal de la Haute-Marne.

Depuis son score très élevé au premier tour (44,1%), "on a assisté à un déchaînement ridicule d'un petit microcosme qui prétend tout savoir et prétend imposer sa vision".

Ligue des champions: Emery fait pencher la balance du bon côté
Pour conserver la première place, le PSG devra faire aussi bien qu'Arsenal lors de l'ultime journée contre Ludogorets . Le Matador n'est ensuite pas parvenu à fructifier son superbe appel sur une nouvelle offrande de Lucas (82e).

François Fillon est à la tribune depuis 15 minutes. "Les Français qui nous regardent ont droit à la clarté et à la précision", a poursuivi le maire LR de Bordeaux. "Je précise que je ne te visais pas", relance alors Alain Juppé. M. Juppé a d'abord relevé une " divergence " avec le député de Paris au sujet des baisses de remboursements de santé, pas " une bonne idée " selon lui.

"Refusant d'être " caricaturé en conservateur moyenâgeux", François Fillon ne s'" excuse pas d'avoir des valeurs", a-t-il répliqué. Il faisait référence à la promesse de son rival de supprimer un demi-million de postes de fonctionnaires en cinq ans. Alain Juppé est arrivé loin derrière (28%) alors qu'il a fait la course en tête pendant des mois dans les sondages. François Fillon qui n'avait pas, stratégiquement, à affronter directement son challenger, n'a pas non plus tenté de le déstabiliser.

"Je ne suis pas allé voté au premier tour". Selon un sondage IFOP le maire de Bordeaux serait largement battu avec 35% des suffrages alors que François Fillon récolte lui 65% des voix. Bruno Le Maire et Jean-Frédéric Poisson leur ont également apporté leur soutien, tandis que Nathalie Kosciusko-Morizet et Jean-François Copé se sont rangés derrière Alain Juppé. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP.

Articles Liés

Commentaires