Tanitnews

Un débat "à la loyale" pour apaiser les tensions — Juppé-Fillon


Analyse du buzz et de la sentmentalité (perceptions et valeurs positives et négatives) associés aux deux candidats de la primaire de la droite et du centre sur le Web et les réseaux sociaux (Twitter, Facebook...) du 21 au 25 novembre 2016. Selon les chiffres officiels de la Haute autorité de la primaire, François Fillon est arrivé en tête avec 1.890.266 de voix (44,08%).

Après cette sortie, la salle ne doute plus, leur champion va gagner. "François Fillon et Alain Juppé ont privilégié le fond. avec de petites tensions", titrait Le Parisien. Selon un sondage réalisé par l'institut Elabe auprès de 908 personnes pour le compte de la chaîne BFMTV, 57% des français ont jugé convaincantes les interventions du député de la 2ème circonscription de Paris dans ce face-à-face, contre 41% de français convaincus par la prestation de son grand rival du soir.

De quoi laisser craindre à la gauche une campagne présidentielle ardue. Il a jugé "prématurée" une question sur son éventuel retrait de la vie politique en cas de défaite. Signe de l'immense intérêt pour ce scrutin, plus de 8,5 millions de personnes ont suivi le débat diffusé sur deux chaînes de télévision, soit trois millions de téléspectateurs supplémentaires par rapport au précédent débat.

Dès dimanche dernier, celui qui a longtemps semblé promis à la troisième ou la quatrième place a reçu des soutiens de poids, à commencer par ceux de l'ancien chef de l'Etat Nicolas Sarkozy et de l'ex-ministre Bruno Le Maire, tous deux éliminés. "La réforme ce n'est pas la pénitence, c'est l'espérance", a souligné Alain Juppé. Autre coup de tonnerre: l'ancien président Nicolas Sarkozy, 61 ans, a été sèchement éliminé.

Parfois tendu, le maire de Bordeaux a tenté d'imprimer le rythme en pointant ses divergences avec François Fillon.

Foot/L1 - PSG: Di Maria, Pastore et Kurzawa absents à Lyon
"Javier Pastore ne sera pas là non plus, il est resté avec le kiné", a précisé l'entraîneur du Paris Saint-Germain. Et la sentence est donc claire concernant OL/PSG: " Oui, les trois sont absents ".

"Ce que je regrette peut-être c'est, avant le premier tour, de ne pas avoir suffisamment décortiqué le programme de certains de mes concurrents".

Pris de court, il a opté dès lundi pour une tactique tournée vers l'offensive tous azimuts contre le député de Paris.

"Le modèle social prend l'eau de partout", a dit François Fillon.

Le chiraquien a ainsi une nouvelle fois interpellé son rival, qui propose un programme économique libéral, sur son projet de réduire de 500'000 le nombre de fonctionnaires en cinq ans en portant "progressivement" la durée hebdomadaire du travail de 35 heures à 39 heures.

"Il y a deux mois, mon projet était considéré par tous comme l'un des plus aboutis". Pas très gentil, donc, à l'égard de François Hollande, même si François Fillon note tout de même que l'actuel président se relève toujours malgré les difficultés.

Articles Liés

Commentaires