Tanitnews

Je suis candidat à la présidence de la République


C'est peu dire que la candidature de l'ancien ministre de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique, était attendue; on parle de près de 200 journalistes accrédités pour ce rendez-vous. Ce combat qui nous est offert, il commencera en mai 2017. "Pour le mener, la responsabilité du président de la République est immense et j'en suis pleinement conscient (.) C'est pourquoi je suis candidat à la présidence de la République".

Manuel Valls a réagi en des termes clairs et déclaré pour gouverner il faut " une expérience qui a été éprouvée par le temps et (...) refuser les aventures individuelles ". Une décision "irrévocable" donc, même si François Hollande devait être candidat à sa succession?

Séquence SAV pour Emmanuel Macron, ce mercredi soir, sur France 2. "Je n'aurais pas lancé En Marche!, je ne me serais pas battu pour ces idées, je n'aurais pas quitté le gouvernement", a-t-il encore souligné.

Contre la fatalité d'une France "bloquée par les corporatismes de tous ordres", "en déclin", persuadée que "le pire est à venir", l'ancien banquier d'affaires s'est dit "convaincu que notre pays a la force, le ressort, l'envie d'avancer". "Nous sommes entrés dans une ère nouvelle: la mondialisation, le numérique, le changement climatique, les inégalités croissantes, les conflits géopolitiques, le terrorisme, la crise démocratique des sociétés occidentales, le doute qui s'installe au cœur de nos sociétés", a-t-il égrené. "Je veux libérer l'énergie des capacités tout en protégeant les plus faibles ".

Toulouse FC - VIDÉO : une simulation douteuse de Dupraz après un projectile ?
Étienne Didot, trente-trois ans, n'a vraiment connu auparavant que deux clubs dans sa carrière: Rennes et Toulouse. Il n'y a aucun souci de ce côté.

Le tract, sur lequel on peut lire "Ils choisissent leur candidat, nous combattons leur projet!", décline huit mesures qui seront supprimées si la droite arrive au pouvoir, notamment le droit à la retraite à 60 ans, la généralisation du tiers payant ou le non-cumul des mandats. Des attaques accueillies avec une certaine philosophie par les proches d'Emmanuel Macron. Son parcours, son financement ou encore ses soutiens ont été au cœur des recherches sur Google. L'enjeu n'est pas pour moi de rassembler la gauche, de rassembler la droite, l'enjeu est de rassembler les Français.

"C'est très embêtant, car la division promet à la gauche l'élimination au premier tour de la présidentielle", a déploré le premier secrétaire du parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis.

Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France: "Ce matin dans un centre d'apprentissage de Bobigny, l'apprenti de François Hollande vient de trahir son maître". Des mains du responsable des jeunes avec Macron, l'ex-ministre de l'Economie reçoit un maillot de l'OM."Le numéro 10, celui qui mène le jeu au foot".

Articles Liés

Commentaires