Tanitnews

Présidentielle : comment Macron a désespérément attendu un appel de Hollande


"Quand on prend ce type de décision, c'est une décision mûrement réfléchie, oui, c'est une décision irrévocable". " Costume et cravate sombre, Emmanuel Macron prononce cette première phrase pour lancer, le 16 novembre, sa candidature à la présidentielle". Le fondateur du mouvement En marche! a assuré que sa démarche n'était " en aucun cas une candidature de ralliement à qui que ce soit", et donc pas à l'actuel président. "(...) Si j'avais voulu me rallier, je n'aurais pas fait depuis plusieurs mois les choix qui ont été les miens", notamment le départ du gouvernement fin août, a ajouté Emmanuel Macron.

Interrogé sur France Info, celui qui se présente comme le "candidat du renouveau" a expliqué que la candidature de l'ex-ministre de l'Economie changeait la donne, en modifiant la liste des adversaires auxquels sera confronté le futur vainqueur de la primaire de la droite.

Mais face à un "paysage en train de changer complètement", "nous prenons un risque si nous n'entendons pas la volonté de renouvellement farouche des Français, qui veulent qu'on passe à autre chose", a-t-il dit. "Je ne vais pas aller dans une primaire dont je ne partage ni le fonctionnement ni l'esprit", s'est exclamé l'ancien banquier d'affaires. "La candidature qui est la mienne n'est pas une candidature socialiste", a-t-il répété.

Syrie: "le temps est compté" à Alep-Est, selon l'ONU
Le chef de la diplomatie française Jean-Marc Ayrault a condamné la " stratégie de guerre totale " de la Russie et du régime syrien.

"Aucun candidat de la gauche (.) n'est en situation d'accéder au second tour". Si on veut virer les soutiens d'Emmanuel Macron, ça va faire du monde.

M. Macron, 38 ans, a levé mercredi à Bobigny le faux suspense en annonçant sa candidature à l'élection présidentielle, en opposition au "système", compliquant encore les projets de son parrain en politique, François Hollande.

Selon BFMTV, une quinzaine de militants du syndicats SUD "se sentant trahis" par le gouvernement ont accueilli l'ancien ministre avec des insultes.

Articles Liés

Commentaires