Tanitnews

Primaire : en Indre-et-Loire, François Fillon frôle les 70%


Un élément permettant sans doute d'écarter l'hypothèse d'électeurs venus de la gauche car si Fillon semblait le porteur de la politique sociale à abattre, il fait toutefois bien mieux que l'addition des voix qui s'étaient portées sur lui et sur Sarkozy au premier tour puisqu'il progresse de 2.996 voix d'un dimanche à l'autre, quand l'ancien président de la République n'avait obtenu que 2.550 suffrages. L'ancien premier ministre enregistre aussi des totaux supérieurs à 75% dans l'Est, le long des frontières allemande et suisse.

Fillon a de nouveau eu une "pensée particulière" pour Nicolas Sarkozy, qui a voté pour lui, un hommage qui a déclenché des huées parmi les partisans de Juppé.

Mais le grand gagnant de ce scrutin s'est surtout présenté en homme de convictions. "Je voudrais féliciter François Fillon pour sa très large victoire, a commencé Alain Juppé". Le programme de M. Fillon "pose de nombreuses questions aux citoyens et à notre société" qui devront "trouver réponse", a relevé M. Bayrou dans un communiqué diffusé dès dimanche soir. Il a notamment reçu un fort soutien des électeurs catholiques traditionalistes de la Manif pour tous.

Après avoir déclaré que "la victoire de François Fillon est sans appel" et "relève d'une vague impressionnante", il affirme que "la Droite et le Centre ont désormais un candidat et un programme" et "sont dans une situation on ne peut plus favorable pour réussir l'alternance, remporter les prochaines élections nationales et mettre en œuvre les réformes dont la France a un besoin urgent pour se redresser et retrouver confiance dans l'avenir".

"Sur la question de l'identité nationale, Francois Fillon a invoqué l'importance d'un " récit national", cher à l'ex-président Sarkozy lors de sa campagne, où il avait créé la polémique en faisant référence aux " ancêtres Gaulois " des français.

"Je n'aurais jamais pu penser que Juppé tombe aussi bas" — Fillon
Nous, nous ne changeons pas: "nous allons continuer à ne parler que de notre projet". Comme les médias et les sondeurs, les juppéistes ont été pris de court dimanche.

"Je termine cette campagne comme je l'ai commencée, en homme libre qui n'aura transigé ni avec ce qu'il est, ni avec ce qu'il pense", a poursuivi M. Juppé, 71 ans, dans une sorte de testament de politique nationale, avant d'ajouter qu'il allait se "consacrer pleinement à (sa) tâche de maire de Bordeaux". Il a de bonnes chances de l'emporter face au FN et à une gauche atomisée.

Ce second tour établit donc un record pour une primaire ouverte organisée en France.

A Matignon, il se dit que Manuel Valls serait sur le départ de son poste de Premier ministre pour se déclarer à la primaire de la gauche.

En mars dernier, Francois Fillon avait par ailleurs affirmé désapprouver la décision de commémorer la fin de la guerre d'Algérie le 19 mars en France, car la date rappelle aussi " des centaines de milliers de harkis qui ont été massacrés (...) et des centaines de milliers de Français qu'on appelle des pieds-noirs [qui] ont dû tout abandonner, rentrer en France.

Articles Liés

Commentaires