Tanitnews

50 000 personnes ont fui Alep-Est en quatre jours — Syrie


" Laissez les civils sortir, protégez les civils, mettez en place un couloir sûr pour qu'ils puissent partir ", a réclamé Brita Hagi Hassan, président du conseil local des quartiers rebelles d'Alep-est, mercredi à l'issue d'une rencontre à Paris avec le chef de la diplomatie française, Jean-Marc Ayrault. Une perte d'Alep-Est infligerait aux différents groupes insurgés - qui vont des " modérés " aux islamistes alliés à des djihadistes - leur pire défaite depuis le début du conflit syrien en 2011. "C'est le premier exode de ce genre d'Alep-Est" depuis plus de quatre ans, explique le directeur de l'OSDH Rami Abdel Rahmane.

Les terroristes, confrontés à de féroces bombardements et attaques au sol se sont précipitamment retirés du côté nord d'Alep est, perdus et apeurés vers une ligne de front plus défendable le long des grands axes routiers car, tout est réuni pour que certains se retrouvent complètement isolés.

21 civils tués par des tirs d'artillerie du régime à Alep-Est Beyrouth - Au moins 21 civils, dont deux enfants, ont été tués mercredi dans des tirs de l'artillerie du régime syrien à Alep-Est où les rebelles perdent du terrain face à l'armée, rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Des milliers d'autres familles fuient vers les quartiers méridionaux d'Alep-Est toujours contrôlés par les rebelles mais doivent affronter le froid et la faim.

" L'aviation détruit tout méthodiquement, zone par zone ", a affirmé Yasser Al-Youssef, du bureau politique d'un des principaux groupes rebelles d'Alep, Noureddine al-Zinki.

Son armée et les milices qui le soutiennent se sont en effet emparées de plus de 30% du territoire rebelle ces trois derniers jours dans la deuxième ville du pays, principal enjeu du conflit qui a fait plus de 300.000 morts en plus de cinq ans. Les défenses de l'opposition se sont effondrées dans le nord-est face à l'offensive du régime. Les Kurdes, qui contrôlent une vaste zone dans le nord de la Syrie, ne sont théoriquement alliés ni de Damas ni des rebelles, mais l'opposition les accuse de coopérer avec le régime.

Les combats des derniers jours ont provoqué ce week-end la fuite de près de 10.000 civils, dont 6.000 vers la petite enclave de Cheikh Maqsoud contrôlée par les forces kurdes, et le reste vers les zones gouvernementales, selon l'OSDH. Dix civils ont été tués par un bombardement dans l'un d'entre eux.

Les habitants d'Alep-Est vivent dans des conditions extrêmement difficiles.

Des milliers de civils tentaient d'échapper aux bombardements dévastateurs et aux combats de rue après avoir résisté au siège imposé depuis juillet au secteur opposant par le régime de Damas. L'armée s'est ainsi ouverte une voie pour prendre le contrôle lundi des quartiers de Sakhour, Haydariyé et Cheikh Khodr, lui permettant de couper Alep-Est en deux, selon l'OSDH et les médias officiels syriens.

Articles Liés

Commentaires