Tanitnews

Aucune preuve de la fraude électorale évoquée par Trump


Ce qui ulcère Trump, en plus de cette défaite " populaire ", ce sont les projets de recomptages des voix qui pourraient grignoter son avance en grands électeurs mais réduire encore le nombre des votants qui l'ont choisi.

Trois semaines après l'élection présidentielle, le Michigan a finalement certifié le résultat du vote: Donald Trump a emporté les 16 grands électeurs de l'Etat. Les autorités de ces trois Etats ont eu beau démentir les allégations du milliardaire, ce dernier a persisté lundi en début de soirée, manifestement outré par le sujet réalisé par un journaliste de CNN, Jeff Zeleny, rentré bredouill.

ETATS-UNIS Des vérifications vont avoir lieu dans le Wisconsin, et probablement dans le Michigan et en Pennsylvanie, mais un retournement de situation est très improbable.

Apparemment furieux qu'Hillary Clinton ait annoncé se joindre à cette initiative de recomptage des voix, Donald Trump a contre-attaqué en affirmant sur Twitter dimanche que des "millions" de personnes avaient voté illégalement.

La controverse a choqué à droite et à gauche, y compris chez les alliés républicains de Donald Trump. "Ses accusations sans fondement de fraude électorale en Californie et ailleurs sont absurdes", a déclaré le secrétaire d'État de Californie, le démocrate Alex Padilla, responsable des scrutins dans ce grand État de l'Ouest.

La Maison Blanche a catégoriquement rejeté lundi les affirmations du président élu Donald Trump sur l'existence de fraudes électorales massives lors du scrutin du 8 novembre."C'est un fait objectif: aucune preuve n'a été avancée pour étayer une telle affirmation", a affirmé Josh Earnest, porte-parole de la Maison Blanche.

Jill Stein a précisé vouloir obtenir le recomptage des voix pour pointer du doigt les failles du système électoral américain - le suffrage universel indirect. "Tellement de temps et d'argent vont être dépensés - pour un même résultat!"

"Je ne m'attends pas à ce que ces recomptages changent significativement les résultats, car c'est rarement le cas, en général les urnes électroniques fonctionnent bien, et il n'existe pas de preuve à ce jour qu'elles ont été manipulées", dit le professeur Dan Tokaji. "Truquer les élections à grande échelle est très difficile, car nos élections sont très décentralisées".

"Cela réduit la confiance dans la démocratie américaine", dit à l'AFP Costas Panagopoulos, directeur du programme sur les élections à l'Université Fordham à New York.

Articles Liés

Commentaires