Tanitnews

Bernard Accoyer nommé secrétaire général des Républicains, Laurent Wauquiez 1er vice-président


"Tu pourras compter sur un parti qui est à nouveau en ordre de marche".

Sur France 2, lundi soir, François Fillon a coupé court aux rumeurs: "je suis en train de consulter, j'ai rencontré Eric Woerth et Laurent Wauquiez et d'autres?"

Le candidat confie la direction opérationnelle du parti à l'un de ses fidèles, en la personne de l'expérimenté Bernard Accoyer : l'ancien président de l'Assemblée nationale est nommé secrétaire général de LR. Afin de le seconder, Gérald Darmanin et Annie Genevard ont été nommés secrétaires généraux adjoints du parti.

De l'autre côté, à l'instar de Bernard Accoyer, certains fillonistes estiment déjà que le député de Paris doit mettre de l'eau dans son vin s'il veut maximiser ses chances de l'emporter en 2017. Gérard Larcher est chargé de piloter un comité politique et #François Fillon prend de fait la tête de l'ex-UMP devenue LR. "Le contre-exemple donné par les socialistes en 2011 " nous sert de leçon", a ajouté le patron des sénateurs LR, se souvenant que François Hollande, élu candidat de la gauche, avait laissé les clés de la maison PS à Martine Aubry qui ne lui avait pas facilité les choses".

Qu'on le prenne comme on veut: François Fillon a verrouillé, comme les statuts de LR le lui permettaient, la boutique.

NKM, Poisson et Copé avaient été candidats à la primaire. "Le rassemblement s'est fait immédiatement", a déclaré François Baroin, ancien soutien de Nicolas Sarkozy, à l'issue de ce conclave. Thierry Solère, longtemps soutien de Bruno Le Maire, mais aussi artisan de l'organisation de la primaire, est aussi récompensé.

Enfin, la présidence de la Commission Nationale d'Investiture (CNI) est assurée par Jean-François Lamour, député de Paris, lui aussi filloniste de la première heure, assisté de deux vice-présidents, tous deux sarkozystes, Roger Karoutchi, sénateur des Hauts-de-Seine, et Alain Marleix, député du Cantal.

M. Fillon a passé la journée à s'entretenir, de visu ou par téléphone, avec des personnalités du parti que présidait Nicolas Sarkozy il y a encore quelques mois. Et ce par texto, pendant que le bureau politique avait lieu.

Articles Liés

Commentaires