Tanitnews

Canada: feu vert à deux projets d'oléoducs, veto pour un troisième


Une décision qui suscite de nombreuses réserves. Or, "ce n'est pas l'endroit approprié pour un oléoduc, tout comme le chenal de Douglas n'est pas un endroit approprié pour le trafic de pétroliers", a insisté le Premier ministre à propos de cette zone reculée et préservée du nord de la Colombie-Britannique.

La capacité de l'oléoduc Trans Mountain va être portée de 300 000 à 890 000 barils par jour (bpj), et celle de Line 3 de 390 000 à 760 000 bpj, car justement, " la production de sables bitumineux va augmenter dans les prochaines années ", a-t-il souligné.

Par contre, le gouvernement du Canada a rejeté le projet d'oléoduc Northern Gateway entre l'Alberta et Kitimat, dans le nord-ouest de la Colombie-Britannique. Cet oléoduc de 1 200 km aurait traversé le parc naturel protégé de la forêt pluviale du Grand Ours.

La remise en cause des Accords de Paris?

.

Le projet Trans Mountain prévoit de tripler le nombre quotidien de barils de pétrole qui y circuleront.

Le projet d'élargissement de l'oléoduc Trans Mountain est évalué actuellement à 6,8 milliards $, alors que celui de la Ligne 3 d'Enbridge coûterait environ 7,5 milliards $. Face à la fronde, le Premier ministre a reconnu qu'il était "impossible de faire l'unanimité" sur un tel projet, mais a soutenu qu'il s'agissait de "l'interêt du pays". Le nouveau projet prévoit que l'oléoduc sera entièrement refait, en doublant pratiquement sa capacité. "Cela veut dire que si la production augmente de façon significative, nous serons forcés de trouver d'autres moyens d'acheminer le pétrole (qui) sont moins sûrs que les oléoducs", a plaidé en conférence de presse M. Trudeau, citant l'exemple du transport ferroviaire. "Aujourd'hui, le gouvernement Trudeau aurait pu annoncer tout simplement qu'il se retirait de l'accord de Paris sur le climat", a ajouté Aurore Fauret, coordonnatrice de la campagne sables bitumineux de l'organisme 350.org, interrogée par Metro. Le Canada promet de réduire de 80% ses émissions de gaz à effets de serre (GES) d'ici 2050 par rapport au niveau de 2005.

Articles Liés

Commentaires