Tanitnews

Des appréciations insultantes sur les employés — Gare Saint-Lazare


'Le Parisien' révèle mardi le contenu d'un fichier manuscrit découvert il y a une quinzaine de jours dans un bureau de la gare Saint-Lazare, par les syndicats CGT et Sud Rail. "Certains sont même racistes et sur les origines comme " vient du fin fond de la campagne " et " prière au local... sans gêne pour les autres ".

Le fichier recense, pour une vingtaine d'agents en poste, des remarques à caractère professionnel mais pas seulement... Des commentaires "insultants " voire "racistes", déplore le responsable syndical de Sud-Rail, Fabio Ambrosio.

"Se mêlent des éléments de l'ordre privé comme la situation maritale de type " marié, célibataire, vient de rompre " ou encore " marié à une étrangère " avec des commentaires sur la personnalité comme " un peu conne ", " fêtard ", " un peu instable " ou " racaille bas de plafond ".

Après avoir été saisie le 14 novembre dernier par les syndicats, la direction de la SNCF a présenté ses excuses dès le lendemain à ses salariés dans un courrier: "Cette liste, probablement rédigée il y a un an lors de la passation de pouvoir entre deux dirigeants de proximité, contient des propos inappropriés, injustifiés et contraires à la charte de l'éthique de l'entreprise portant notamment sur la vie privée de certains des agents de votre équipe". "Cette liste n'a fait l'objet d'aucune diffusion jusqu'à ce jour. Une enquête a été ouverte", écrit Renaud Mermilliod, dirigeant d'unité opérationnelle pour la gare de Paris Saint Lazare, cité par le quotidien. "Je ne vois pas trop ce que cela vient faire là", indique à l'AFP Fabio Ambrosio, responsable syndical à Sud-Rail. Dans l'attente de l'aboutissement de l'enquête, les deux agents supposés être à l'origine du document ont été "éloignés du service".

Ayrault veut que l'ONU apporte des "secours à la population" d'Alep — Syrie
Une perte d'Alep-Est infligerait aux différents groupes insurgés leur pire défaite depuis le début du conflit syrien en 2011. Des consultations sur la Syrie avaient été prévues mardi 29 novembre au Conseil de sécurité.

Les syndicats craignent que ce fichage ne soit pas un incident isolé mais une pratique de management utilisée par toute l'équipe dirigeante de la SNCF.

"Si un tel fichier existe sur une équipe, on peut se poser la question si cela n'est pas généralisé à l'ensemble des équipes", expliquent-ils encore au "Parisien". "Le CHSCT en avait été saisi et ne l'avait pas jugé illégal", répond la direction. Car ce n'est pas la première fois qu'un tel cas est signalé.

En avril dernier, une autre affaire de fichage de salariés avait éclaté à la RATP.

"Le climat s'est très sérieusement dégradé avec la direction depuis quelques mois à Saint-Lazare", assure le syndicaliste.

Articles Liés

Commentaires