Tanitnews

Des civils fuient l'assaut du régime à Alep-Est — Syrie


"Depuis la nuit, plus de 6 000 autres se sont réfugiés dans le quartier kurde de Cheikh Maqsoud tandis que le reste des civils ont fui vers les zones gouvernementales d'Alep " a expliqué Rami Abdel Rahmane, le directeur de l'OSDH.

Les reculs des groupes insurgés sont les plus importants depuis le lancement, le 15 novembre, par les militaires Syriens d'une violente offensive destinée à reprendre la totalité de la deuxième ville du pays, devenue un enjeu majeur du conflit. Masaken Hanano était le plus grand quartier tenu par les rebelles dans l'est d'Alep, et est également le premier quartier à avoir été pris d'assaut par les rebelles en 2012.

Les rebelles reculaient nettement lundi à Alep face aux forces du régime syrien, qui espère faire rapidement tomber la principale place forte de l'opposition grâce à ses moyens militaires supérieurs et l'aide de ses alliés étrangers.

Les rebelles ont perdu le tiers de leur bastion d'Alep-Est face aux forces du régime syrien, où le moral des civils est au " plus bas ".

Le secteur Est de la ville est totalement asphyxié par le siège de l'armée subissant des bombardements les plus dévastateurs depuis 13 jours.

Après avoir mis en échec plusieurs offensives du régime depuis un an, ils sont cette fois-ci submergés par la vaste opération terrestre et aérienne lancée le 15 novembre par l'armée avec le soutien de combattants étrangers aguerris.

" C'est le premier exode de ce genre à Alep-Est", contrôlé par les rebelles depuis plus de quatre ans, a commenté M. Abdel Rahmane.

"L'aviation détruit tout méthodiquement, zone par zone", s'est indigné dimanche Yasser Al-Youssef, un responsable du groupe rebelle Noureddine al-Zinki, un des principaux d'Alep.

Les civils d'Alep-Est vivent dans des conditions extrêmement difficiles, manquant de vivres et de médicaments, en raison du siège imposé depuis juillet par le régime et des bombardements incessants dénoncés par l'ONU. Les rebelles ont parallèlement tué au moins 27 civils en tirant sur les zones gouvernementales d'Alep-Ouest.

Une partie de ces habitants, venant pour la plupart des quartiers de Haydariyé et de Shaar, ont rejoint dans la nuit le quartier de Massaken Hanano, repris samedi par les forces du régime, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

De violents combats se poursuivent dans le même temps dans le quartier stratégique de Sakhour, dont la prise permettrait à Damas de couper définitivement Alep-Est en deux, et dans celui de Haydariyé. Quant aux Etats-Unis, ils sont paralysés dans l'attente de l'arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche en janvier.

Le régime s'est emparé par ailleurs de la pompe d'eau vitale à Souleimane al-Halabi, adjacente à Sakhour. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Articles Liés

Commentaires