Tanitnews

"Descente aux enfers" à Alep — Syrie


L'armée syrienne a annoncé dimanche avoir pris le contrôle du quartier rebelle de Djabal Badro à Alep-Est, qui jouxte celui de Hanano conquis la veille.

Plus de 50 000 personnes ont fui l'avancée des forces du régime syrien dans les quartiers rebelles d'Alep au cours des quatre derniers jours, a indiqué mercredi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Selon l'OSDH, les combats se sont poursuivis dans la nuit de samedi à dimanche entre les forces du régime et des groupes rebelles, dans les quartiers voisins de Haydariyé et de Sakhour.

"Je suis extrêmement préoccupé par le sort des civils en raison de la situation alarmante et effrayante dans la ville d'Alep", a déclaré le patron des opérations humanitaires de l'ONU, Stephen O'Brien, dans une déclaration écrite.

Parmi ces morts, dont les corps jonchaient une rue, figurent des habitants qui fuyaient les combats au sol, les tirs d'artillerie et les bombardements aériens qui ne cessent pas.

"L'avancée rapide de l'armée est due à sa stratégie d'attaque contre Alep-Est sur plusieurs fronts, affaiblissant les rebelles", estime Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

L'offensive a provoqué la mort de plus de 250 civils en près de 15 jours à Alep-Est, selon l'OSDH. Les rebelles ont parallèlement tué au moins 48 civils en bombardant les zones gouvernementales d'Alep-Ouest.

A Alep-Est, "il n'y a ni nourriture, ni eau, ni abri, ni moyens de transport", a résumé Ibrahim Abou Laith, porte-parole des Casques blancs, les secouristes du secteur rebelle.

Alors que la communauté internationale s'avère incapable de trouver une solution au conflit, M. Youssef a accusé le régime, ses alliés russe et iranien "d'annihiler la révolution (.) et d'appliquer la politique de la faim et de la soumission, au su et au vu de l'ONU, sans aucun égard pour le droit international". Au moins 1.200 personnes, des insurgés et leurs familles, ont été évacuées depuis lundi soir de l'un des derniers bastions des insurgés à l'ouest de la capitale, selon des ONG. L'objectif est ainsi d'isoler les quartiers rebelles les uns des autres et "de les capturer les uns après les autres", a expliqué le quotidien Al-Watan, proche du pouvoir.

La guerre en Syrie est devenue de plus en plus complexe depuis 2011, avec l'intervention de multiples acteurs, comme les grandes puissances ou des groupes jihadistes, notamment le groupe Etat islamique (EI). Son homologue britannique Matthew Rycroft a "exhorté le régime syrien et la Russie à cesser les bombardements et à laisser entrer l'aide humanitaire".

Cette réunion doit commencer immédiatement après une session du Conseil consacrée à l'adoption d'une résolution renforçant les sanctions contre la Corée du Nord, qui est prévue à partir de 9H00 locales (14H00 GMT).

Articles Liés

Commentaires