Tanitnews

Fillon plus populaire que jamais, Valls jugé meilleur que Hollande — Présidentielle


Autre tendance signalée: une majorité des personnes interrogées (62% des Français, 57% des sympathisants de gauche) jugent aussi que si François Hollande décidait de se lancer dans la primaire de la gauche qui aura lieu les 22 et 29 janvier prochains, Manuel Valls devrait lui aussi présenter sa candidature. Cette fois, un président et un Premier ministre de la même famille politique semblent en concurrence directe. L'actuel premier ministre Manuel Valls exprime ses ambitions. Il est parti dans la foulée pour une visite officielle en Tunisie.

Aux dires d'un membre de l'entourage de François Hollande, l'"explication claire et franche" réclamée en début de journée par le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, s'est transformée en discussion "cordiale et studieuse". "Aujourd'hui, on se retrouve dans une situation où le président de la République est contesté jusqu'au sommet de l'exécutif". L'idée a en effet fait son chemin dans la tête des Français, qui, selon un sondage Odoxa publié ce mercredi, préféreraient nettement Manuel Valls à François Hollande. Il a ainsi déclenché un mini-crise de régime que François Hollande a provisoirement apaisée lors d'un déjeuner lundi avec son Premier ministre. Le Premier ministre a rendu les armes, avant de s'envoler pour un. "Il n'y a pas de crise institutionnelle parce que de toute façon ma conception des institutions, c'est l'engagement et la loyauté", a-t-il lancé.

Ces déclarations ont alimenté la tension au sein d'une gauche déjà plombée par l'impopularité record de François Hollande et déchirée par des divergences idéologiques profondes - sur l'économie, l'Europe ou la laïcité. La malaise politique créé par M. Valls est profond mais, paradoxalement, le remède trouvé par le président a été innocent et simple: une bonne conversation devant un non moins bon repas. Entre avril et septembre, les sorties de route d'Emmanuel Macron lorsqu'il était ministre de l'Économie se sont succédé, sans que jamais le président ne prenne de sanction contre lui. Le chef du gouvernement a par ailleurs écarté une démission de Matignon en soulignant "être chef du gouvernement" et "avoir le sens de l'Etat".

Seuls 38% (=) des proches de la gauche pensent que François Hollande est un bon président de la République, alors que Manuel Valls gagne 4 points dans cette tranche de l'électorat à 46%, selon cette enquête pour L'Express, la Presse régionale et France Inter.

Articles Liés

Commentaires