Tanitnews

François Fillon en tête des personnalités politiques — Sondage


L'ancien premier ministre François Fillon a été désigné dimanche candidat de la droite avec 66,5 % des suffrages de la primaire organisée par son camp, un score qui lui permet d'agir sans contestation interne. Il est parti dans la foulée pour une visite officielle en Tunisie. La rumeur se faisait persistante dimanche soir après les révélations fracassantes de Manuel Valls dans le JDD.

C'est au cours d'un déjeuner que les deux têtes de l'exécutif semblent s'être mis au point ce lundi. "Il ne peut y avoir, notamment dans ce moment précis où la France fait face à la menace terroriste, de confrontation politique dans le cadre d'une primaire entre un président de la République et un Premier ministre", a encore fait valoir M. Valls au chef de l'Etat lors de leur déjeuner hebdomadaire en tête à tête à l'Elysée.

"La gauche est dans un état particulièrement inquiétant et la cause de cela, c'est que le gouvernement a fait exploser, a divisé la gauche en tournant le dos à ce qu'elle était elle-même et Hollande, Valls et Macron sont les premiers responsables de cette situation", a déclaré M. Laurent sur LCI. Impossible pour lui d'assumer le rôle de Brutus. "Je leur dis: +Ressaisissez-vous!+ Il reste cinq mois, ça ne peut pas aller jusqu'au bout". Mais les chances du leader d'"En marche " de l'emporter au printemps prochain sont minces, tout autant que celles d'un François Hollande crédité à ce jour de 9 % d'intentions de vote dans les sondages. Un scrutin qu'une partie des hollandais rêvent, sans trop y croire, d'éviter.

"Il n'y aura pas de primaire entre le président de la République et le Premier ministre", a ainsi affirmé sur Europe 1 le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll, fidèle lieutenant de François Hollande. Manuel Valls est-il si désappointé de passer son tour?

Le candidat de la droite pour l'élection présidentielle qui aura lieu en 2017 est désormais connu. Mais "à l'évidence, il ne le veut pas", s'inquiète un ministre, avouant sa "perplexité ": "A force de ne pas vouloir être là où on l'attend, il risque de n'être nulle part ".

Dans un autre sondage, effectué pour France 2, François Fillon arriverait en tête du premier tour avec 32% des voix contre 22% pour Marine Le Pen. Des propos considérés par le camp "hollandais" comme un affront au chef de l'Etat. Un député socialiste se dit lui aussi "dans une colère noire", la guerre des nerfs au sommet de l'Etat ayant déjà "éclipsée " l'annonce des 100.000 chômeurs de moins depuis le début de l'année.

Articles Liés

Commentaires