Tanitnews

Huile de palme : des multinationales profitent du travail d'enfants selon Amnesty International


Amnesty International épingle de grandes marques internationales sur les conditions de travail "scandaleuses" de leurs salariés dans les plantations indonésiennes, dans un rapport publié mercredi 30 novembre.

Une fillette de 13 ans en plein travail dans une plantation d'huile de palme en Indonésie.

Dans son rapport, l'ONG indique qu'il s'agit d'enfants âgés de 8 à 14 ans qui transportent des sacs de 12 à 25 kilos et qui travaillent sans équipements de protection dans des plantations infestées de pesticides.

Si des grandes multinationales telles que Nestlé ou encore Colgate attestent que leurs produits sont composés d'huile de palme durable (qui protège la déforestation), Amnesty souligne qu'il n'y a "rien de durable dans l'huile de palme produite en faisant travailler des enfants et en ayant recours à des travaux forcés". Pour Meghna Abraham, directrice des recherches à Amnesty International, elles "ferment les yeux sur l'exploitation des travailleurs". "Il n'est pas normal que neuf sociétés réalisant ensemble un chiffre d'affaires de 325 milliards de dollars en 2015 soient incapables d'agir face au traitement épouvantable d'ouvriers de l'huile de palme qui gagnent une misère". En remontant la chaîne d'approvisionnement, l'ONG a pu s'entretenir avec 120 ouvriers travaillant dans deux filiales de Wilmar et trois de ses fournisseurs. "Si je n'atteins pas mon objectif, ils me demandent de continuer à travailler, mais je ne suis pas payée pour les heures supplémentaires", explique l'une d'elles.

Amnesty International va mener campagne pour demander aux entreprises de préciser si l'huile de palme présente dans des produits courants tels que les glaces Magnum, les dentifrices Colgate, les produits cosmétiques Dove, les soupes Knorr, les confiseries KitKat, les shampooings Pantene, les lessives Ariel et les nouilles instantanées Pot Noodle est issue des activités de Wilmar en Indonésie.

La société Wilmar a bien voulu reconnaître certains problèmes liés à la main d'oeuvre dans ses plantations, en revanche, les autres sociétés contactées par Amnesty International ont réfuté toute violation des droits humains. Une pétition a d'ailleurs été lancée sur le site internet d'Amnesty International pour alerter les entreprises concernées. Certains quitteraient l'école pour toute ou partie de la journée pour aider leurs parents dans les plantations.

L'Indonésie possède une législation rigoureuse en matière de droit du travail, au regard de laquelle la plupart de ces pratiques peuvent constituer des infractions pénales.

Articles Liés

Commentaires