Tanitnews

Mort d'un supporter du PSG: six ans requis contre les accusés


L'avocate générale a requis six ans de prison ce mercredi à l'encontre des deux accusés jugés devant les assises de Paris pour la mort de Yann Lorence, un supporter du PSG lynché lors d'une rixe en 2010. Dans son réquisitoire, l'avocate générale a tenu à rappeler que les deux individus devaient être condamnées pour les faits qu'ils ont, selon elle, commis et non "pour tous ceux qui ont commis des violences". "On ne pourra pas leur faire payer le fait d'être là", devant la justice "alors que d'autres n'y sont pas", a-t-elle souligné.

Les deux accusés comparaissaient pour "violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner". Devant la cour d'assises de Paris, le principal accusé Romain Lafon avait assuré mardi qu'il n'avait participé "à aucun moment (.) à ce lynchage de lâches". Invité à revenir sur l'agression dont il a été victime le premier jour du procès, le témoin n'a pas été en mesure d'expliquer pourquoi il a ainsi été pris à partie, mais pour lui, "c'était des gens de Boulogne", (tribune du Parc des Princes dont faisait partie Yann Lorence NDLR), "clairement". Après plusieurs jours où les deux hommes ont pu s'exprimer, Jérémi B. expliquant avoir été filmé près de la scène de lynchage "par curiosité malsaine", Romain L. réfutant un témoignage l'accusant directement par un "il cherche un coupable mais ce coupable, ça ne sera pas moi", l'avocate générale a livré ses réquisitions.

Quatre personnes, âgées de 26 à 40 ans, ont été interpellées à leurs domiciles respectifs et placées en garde à vue lundi 28 novembre. Le verdict final est attendu en fin de journée.

La mort de Yann Lorence avait conduit à un tournant dans l'histoire du Paris Saint-Germain.

Il prévoyait une sécurité renforcée aux abords du stade mais aussi le placement aléatoire des supporteurs dans les virages afin d'affaiblir les groupes.

Six ans après, les ultras ont fait leur retour au Parc des Princes le 1er octobre dernier, avec l'assentiment des autorités.

Articles Liés

Commentaires