Tanitnews

Obama n'envoie pas de délégation officielle — Funérailles Fidel Castro


"Si Cuba n'est pas disposé à sceller un meilleur accord pour le peuple cubain, le peuple américano-cubain et les Etats-Unis en général, je mettrai fin à l'accord" de dégel annoncé fin 2014 par le Président Barack Obama et son homologue cubain Raul Castro, a souligné M. Trump sur son compte Twitter.

Dans la journée, des dizaines de milliers de Cubains, souvent en pleurs, avaient défilé face aux portraits de Fidel, exposés sur cette même place depuis lundi. L'ancien président sud-africain Nelson Mandela avait remercié à de multiples reprises au cours des années Fidel Castro pour ses efforts dans la lutte contre l'apartheid en Afrique du Sud. "Ici!", a répondu la foule, résumant la tonalité de la soirée, vouée à souligner que la mort du "Comandante" n'est qu'une "mort physique". Elle était accompagnée par Jean-Pierre Bel, ancien président socialiste du Sénat français et envoyé spécial pour l'Amérique latine, qui, marié en seconde noce à une cubaine, est un zélateur du régime cubain et de ses réussites en matière d'éducation et de santé.

"Il ne part pas, il reste là, invaincu parmi nous, absous, totalement absous par l'Histoire", s'est notamment exclamé le président vénézuélien Nicolas Maduro, proche allié de Cuba, en référence au fameux "l'Histoire m'absoudra" lancé par Fidel Castro à son procès après l'assaut de la caserne de la Moncada qui forgea le début de sa légende en 1953.

Au delà de l'idéologie marxiste- léniniste, la révolution cubaine trouve ses racines dans la la santeria, une religion d'origine africaine un syncrétisme de catholicisme, et de cosmogonie africaine - et ses divinités d'origine yoroubas, les orishas.

De même, les présidents de pays amis, le Russe Vladimir Poutine, le Chinois Xi Jinping et l'Iranien Hassan Rohani, ont préféré se faire représenter par des émissaires de haut rang.

En revanche la plupart des dirigeants occidentaux ont décliné l'invitation, à l'exception du Premier ministre grec Alexis Tsipras. Outre cette esplanade emblématique, les avenues alentour étaient noires de monde.

Olivia Martinez, retraitée de la police de 71 ans, portait aussi l'uniforme.

"Cette marée humaine démontre que mon Commandant était très aimé par tout un peuple et que personne ne peut défaire cette révolution", a assuré à l'AFP Olivia Martinez, retraitée de la police de 71 ans.

Le texte de la motion proposait que les élus québécois, "en ce moment de deuil pour des millions de Cubains", saisissent l'occasion de réaffirmer la volonté du Québec de raffermir ses liens avec le peuple cubain par le développement de partenariats en économie, en culture et en éducation.

Elle traversera ensuite de mercredi à samedi le millier de kilomètres séparant La Havane de Santiago de Cuba (est), refaisant en sens inverse le chemin parcouru par le jeune Fidel dans sa "caravane de la liberté" lors du lancement de sa révolution en 1959.

Dimanche, enfin, ses cendres seront mises en terre au cimetière de Santa Ifigenia de Santiago, qui abrite déjà la tombe de José Marti. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Articles Liés

Commentaires