Tanitnews

Poussée de fièvre au sommet de l'État — Hollande et Valls


Toujours selon le quotidien, l'entourage de François Hollande et des membres du PS estiment que le Premier ministre va d'ailleurs prendre les devants et se porter candidat à la primaire de la gauche dès cette semaine. Il a aussi exclu l'hypothèse d'une confrontation avec lui à la primaire. La teneur de leur entretien reste floue, mais le couple exécutif n'a pas volé en éclat: pour l'heure, le Premier ministre reste Premier ministre.

Le lendemain, invité à déjeuner à l'Elysée, Manuel Valls est finalement rentré dans le rang. "Bien entendu", l'action de l'exécutif va pouvoir se poursuivre sereinement, a indiqué l'Élysée.

Au sein même du parti socialiste, les couteaux sont tirés, jusqu'au sommet de l'Etat où le président français - qui doit dire prochainement s'il se représente - fait face aux assauts répétés de son Premier ministre Manuel Valls qui se dit ouvertement "prêt" à briguer une investiture à la présidentielle.

François Hollande et Manuel Valls sont apparus souriants au moment du départ du Premier ministre, qui s'est ensuite envolé pour la Tunisie.

Le "déjeuner de travail" plus tôt dans la journée entre Manuel Valls et François Hollande s'est déroulé dans "une ambiance tout à fait cordiale et studieuse" d'après l'entourage du chef de l'État.

Soucieux de maîtriser son calendrier, François Hollande s'est donné jusqu'au 15 décembre pour dévoiler ses intentions mais ses proches ne doutent pas de son désir de se lancer dans la course. "Si François Hollande a l'intention de se présenter, alors c'est au Premier ministre d'en tirer toutes les conséquences" tranche Jean-Pierre Mignard. Le porte-parole a réclamé une explication claire et franche entre les deux hommes à ce propos.

Ulcéré par le livre de confidences "Un président ne devrait pas dire ça.", celui-ci avait jeté un pavé dans la mare en évoquant une double candidature de MM. "Voir le quatrième personnage de l'Etat proposer une crise institutionnelle, mais où va-t-on?", s'en est ainsi ému lundi matin le député Olivier Faure, porte-parole du PS. "Et elles ne déboucheront qu'à une seule candidature (à la primaire de la gauche, ndlr), il n'y aura pas de crise dans l'exécutif".

Si on sait que le président en exercice souhaite se présenter à sa propre succession - et ce via la primaire, Manuel Valls a déclaré au JDD qu'il pourrait se présenter, même contre François Hollande.

"Après la primaire de la droite et dans la perspective de celle de la gauche", le Premier ministre a expliqué "qu'il ne pouvait y avoir et qu'il n'y aurait jamais de crise institutionnelle".

Articles Liés

Commentaires