Tanitnews

Primaire de la droite et du centre : le sacre de Fillon


François Fillon, très net vainqueur dimanche de la primaire de la droite face à Alain Juppé, sera le champion de son camp à l'élection présidentielle de 2017, avec de bonnes chances de l'emporter face au FN et à une gauche atomisée.

Dans le département, François Fillon arrive en tête dans toutes les communes et explose les compteurs dans de nombreuses villes où il dépasse les 70 %. Il sera donc un des principaux adversaires du Front national de Marine Le Pen, un "bon candidat" selon elle. Il avait depuis engrangé de nombreux soutiens, dont celui de Nicolas Sarkozy et de la majorité de ses troupes.

De ce point de vue, le sondage réalisé lors du second tour est édifiant: 55 % des votants déclarent s'être décidés à aller voter depuis les résultats du premier tour ou dans la dernière ligne droite (après le dernier débat ou le jour même) et 67 % d'entre eux affirment avoir fait le choix du candidat dans les mêmes délais.

Éliminé au premier tour du scrutin avec 20,7% des voix, l'ancien chef de l'Etat a annoncé son retrait de la vie politique et apporté son soutien à son ancien Premier ministre François Fillon.

Cette consultation inédite dans l'histoire de la droite française a été saluée comme une "réussite démocratique" par le président par intérim du parti Les Républicains (LR) Laurent Wauquiez, malgré les "moments de tension" qui ont pu émailler l'entre-deux tours. La tendance lourde du premier tour s'est confirmée: Fillon est le leader maximo de la droite. Si l'on compte les 4 900 suffrages réunis par NKM au premier tour, on peut en déduire que le maire de Bordeaux a aussi bénéficié des voix des électeurs qui se sont mobilisés au second tour après avoir boudé le premier. Il avait aussi taclé son profil "traditionaliste".

A la limite, on comprend bien que François Hollande ne soit pas sûr de pouvoir se représenter car il n'est pas certain qu'une éventuelle primaire de la gauche tourne à son avantage. Une ancienne "égérie" de ce mouvement d'opposition, Frigide Barjot, était d'ailleurs présente à son QG pour saluer sa victoire dimanche. "Ces électeurs qui ne sont pas aujourd'hui des nôtres mais qu'il me revient aussi d'entraîner vers l'avenir", lâche-t-il, déjà drapé dans ses habits de candidat en campagne.

Articles Liés

Commentaires