Tanitnews

La Libye refuse de baisser sa production pétrolière — OPEP


En cas d'accord mercredi, ce serait la première fois depuis huit ans que le cartel parviendrait à s'entendre pour diminuer sa production.

Le prix du baril de "light sweet crude" (WTI), référence américaine du brut, a pris 1,62 dollar à 51,06 dollars sur le contrat pour livraison en janvier au New York Mercantile Exchange (Nymex) et signait ainsi, au lendemain d'un bond de plus de quatre dollars, une hausse d'environ 13% sur les deux dernières séances.

Durant la réunion consultative qui avait regroupé récemment, à Doha, des pays membres de l'Opep, en marge de la 18ème réunion ministérielle du Forum des pays exportateurs de gaz (Fpeg), l'Algérie a soumis une proposition pour être examinée par le Comité de Haut Niveau mis en place par l'accord d'Alger. " Enfin, il y a le sujet de la Russie, qui n'est pas membre de l'Opep mais que le cartel souhaite associer à un accord". Cette proposition repose sur une réduction du plafond de production de l'Organisation, qui sera ramenée entre 32,5 à 33 mb/j, avec des baisses des quotas pour chaque pays membre, et des mécanismes particuliers pour l'Iran, le Nigeria, la Libye et l'Irak. Un optimisme qui gagne de plus en plus du terrain même chez les experts. Auparavant, l'Arabie Saoudite, qui avait pourtant longtemps soutenu l'impératif d'un consensus sur une limitation de l'offre, a quelque peu semé le doute sur ses intentions, suite aux récentes déclarations de son ministre de l'Energie, Khalid Al Falih, évoquant la possibilité d'une stabilisation des cours du brut, même sans une intervention de l'Opep. Les négociations entre le leader de facto du groupe, l'Arabie (d'un côté), et l'Iran et l'Irak (de l'autre) ne seront sûrement pas faciles.

Boutarfa a également proposé que les pays producteurs non-membres de l'OPEP baissent leur production de 600.000 barils/jour, suggérant que "la baisse des prix du pétrole qui affecte l'économie mondiale doit être stoppée".

"Il y aura un accord aujourd'hui", a déclaré le délégué irakien en pénétrant dans l'hôtel viennois où se tiennent des discussions informelles, prélude à la réunion officielle des ministres au siège du cartel.

Morin : "Nous contribuerons au projet présidentiel de Fillon"
Un conseil national de l'UDI se tiendra début 2017 et d'ici là, une délégation a été mandatée pour négocier avec François Fillon . Mardi matin, devant les députés LR, François Fillon a expliqué qu'il fallait "un accord" avec les centristes.

À son arrivée à Vienne, le ministre iranien du Pétrole, Bijan Namdar Zanganeh, ne s'est pas prononcé sur la situation de son pays, préférant déclarer de manière générale que l'OPEP gardait en ligne de mire ce qui avait été décidé fin septembre. Après avoir rencontré plusieurs de ses homologues de pays OPEP, M. Boutarfa s'était rendu lundi dernier à Moscou, en compagnie du ministre vénézuélien du Pétrole, Eulogio del Pino, où il avait eu des entretiens avec le ministre russe de l'Energie, Alexander Novak.

Le Sommet de l'Opep, prévu ce mercredi à Vienne, s'annonce comme décisif. D'ores et déjà, les messages de soutien à l'initiative de l'Opep se multiplient.

"Victoire pétrolière de l'Iran à l'Opep", "Echec de la diplomatie pétrolière de Ryad", titraient les journaux iraniens après cet accord à l'Opep pour baisser la production du cartel de 1,2 million de barils par jour (mb/j). Téhéran a affirmé ne pas vouloir produire moins de 4,2 millions de bpj.

Et l'organisation devrait, comme elle le souhaitait, entraîner dans son mouvement la Russie, qui s'est engagée à réduire de 300.000 barils sa production, a annoncé le ministre qatari.

Articles Liés

Commentaires