Tanitnews

" "La production mondiale va être réduite, un accord " historique " — Pétrole


Pour faire remonter les cours, le cartel s'impose une baisse d'un peu plus de 3,5 % de son niveau d'extraction de pétrole.

Le 30 novembre, ceux-ci se sont en effet mis d'accord pour réduire leur production à un plafond de 32,5 millions de barils par jour, soit une diminution moyenne de 1,2 millions de barils.

C'est 500.000 bpj de plus qu'en août, mois ou la Russie et l'Opep sont parvenues à un accord préliminaire à Alger. Le prix du baril a aussitôt grimpé sur les marchés. Même les émirats de la péninsule arabique sont obligés de puiser dans leurs réserves financières et de prendre des mesures d'austérité budgétaire. En octobre, 33,64 millions de barils avaient été produits par jour.

Jusqu'à présent, les deux pays n'avaient pas réussi à s'entendre.

Zidane finaliste pour le titre de meilleur entraîneur — Fifa
Dans son communiqué, Gestifute ne parlait pas du Colombien Radamael Falcao, également ciblé par l'EIC. Les premières révélations ont été publiées vendredi et devraient s'étaler sur trois semaines.

Sans nier que l'accord soit encourageant, certains observateurs préviennent qu'il faudra juger sur pièce, même si le cartel a d'ores et déjà pris garde de prévoir un comité de surveillance et de fixer des objectifs précis à ses différents membres. Avec de tels niveaux de production, des spécialistes nourrissaient encore du scepticisme quant à l'impact réel de l'accord d'hier sur l'évolution future des fondamentaux du marché.

Problème, "Si les producteurs du Moyen-Orient sont prêt à baisser leurs volumes pour faire monter les prix et les Russes à stabiliser les leurs, d'autres pays dont la dépendance au pétrole est très forte, le Nigéria et l'Angola par exemple, ne le souhaitent pas et veulent au contraire être exemptés de quotas contraignants", explique un analyste d'Ecobank.

NEW YORK, 1er décembre (Reuters) - Les cours du pétrole ont encore terminé en nette hausse jeudi sur le marché new-yorkais Nymex, avec à la clé un plus haut de 16 mois pour le Brent, dopés comme la veille par la perspective d'une baisse de la production de l'Opep à laquelle devrait s'associer la Russie.

Les investisseurs s'apprêtent également à scruter l'attitude des pays extérieurs à l'Opep, à qui le cartel demande de réduire parallèlement de 600.000 bj leur production.

Articles Liés

Commentaires