Tanitnews

Pour Hamon, le projet de Macron est un "marchepied au Front national"


Philippe Saurel a encore interpellé Benoît Hamon: " J'écoute les familles et ne peux me satisfaire que les enfants soient exténués, les parents ne s'y retrouvent pas, les enseignants sont perdus. "Libre à chaque candidat et à chaque campagne de trahir ses valeurs, de renier ses convictions et les combats qui ont été les siens depuis des décennies (.) Mais la comparaison d'En Marche! avec les chambres à gaz est un point de non-retour", accuse le porte-parole du mouvement de Emmanuel Macron.

A l'occasion de son passage sur France 2, le candidat du PS a essayé de lever les incertitudes sur sa proposition phare, causées par ses tergiversations successives.

Il a cependant qualifié le programme du candidat PS de "dangereux parce qu'il ne rassemble pas la gauche et parce qu'il est philosophiquement, dans le rapport au travail, dans le rapport à l'Europe (.), pas en mesure de produire du progrès social".

Pronostic Barcelone - PSG : Sur quelle équipe parier ?
La cinglante défaite du PSG en terre Barcelonaise (6-1) restera à jamais dans les annales de l'histoire du foot européen. Thomas Meunier (défenseur du PSG): " On leur a donné le match dès le début, avec des buts incroyables, limite insolites.

Il est ensuite revenu sur les ralliements à Emmanuel Macron, qui préparent, selon lui, une France ingouvernable: "Comment Macron gouvernera de Robert Hue à Alain Madelin avec des majorités différentes?" D'ailleurs, Emmanuel Macron dit plus précisément qu'En Marche est: 'et de droite, et de gauche'. Pourtant Bertrand Delanoë s'affirme comme libéral et socialiste depuis au moins 2008, et il semble que la ligne libérale soit plus celle d'Emmanuel Macron que de Benoît Hamon... Dans son viseur: Emmanuel Macron (et Marine Le Pen). Les journaux de droite et les candidats de droite passent à peu près la même énergie et le même temps à dire que je suis la gauche.

Le soutien de Bertrand Delanoë, annoncé par des sources parlementaires dès mardi, est le dernier en date pour Emmanuel Macron, qui a engrangé ces dernières semaines l'appui d'élus socialistes et suscite l'intérêt de ministres comme Ségolène Royal, Patrick Kanner et Stéphane Le Foll. "Si Hamon ne remonte pas, la tentation du vote utile en faveur de Macron va s'accentuer, constate un membre de la direction du PS. S'il veut conjurer cette tendance, il doit se mettre au centre de la gauche et pas seulement sur l'aile gauche". Un timing qui a déplu à François Hollande soucieux de ne pas parasiter la campagne du candidat officiel désigné par le parti socialiste.

"La situation convalescente de la France suppose un autre projet que l'exaltation d'une démarche inspirée par Die Linke en Allemagne, Podemos en Espagne ou Jeremy Corbyn en Grande Bretagne, qui n'aboutit qu'à maintenir les droites au pouvoir dans ces pays."

Articles Liés

Commentaires