Tanitnews

Qui est Khalid Masood, l'auteur de l'attentat — Londres


Identifié comme Khalid Masood, l'auteur britannique de l'attaque la plus meurtrière au Royaume-Uni depuis douze ans est né Adrian Russell Ajao, a indiqué le commandant de l'antiterrorisme, Mark Rowley, lors d'une déclaration à la presse.

Il était apparu en marge d'investigations pour terrorisme et avait attiré l'attention du service de renseignement du MI5 mais ne faisait l'objet d'aucune enquête en cours et aucun renseignement antérieur n'évoquait une possible intention de monter une attaque terroriste.

" Il y a quelques années, il a fait l'objet d'une enquête du MI5 ", le service de renseignement intérieur britannique, en lien avec " l'extrémisme violent ", avait fait savoir de son côté la première ministre, Theresa May, jeudi devant le Parlement, ajoutant qu'il était alors " un personnage secondaire " dans l'enquête.

Selon plusieurs médias, la voiture utilisée par l'assaillant pour faucher les piétons sur le pont de Westminster a été louée à Birmingham. 29 personnes ont été traitées à l'hôpital et six étaient toujours dans un état grave jeudi soir.

La quatrième victime est le policier Keith Palmer, un père de famille de 48 ans, poignardé à mort dans la cour du Parlement de Westminster par l'assaillant qui a ensuite été abattu par un autre officier de police.

Un soutien de François Fillon qualifie un journaliste de "barbu"
Le journaliste n'a pas hésité à lui répondre directement, et à dénoncer le " racisme ordinaire " dont fait preuve Jean-François Mancel.

Le groupe terroriste Etat islamique (EI) a revendiqué jeudi l'attentat.

Le scénario de Londres aurait pu se répéter 24 heures plus tard en Belgique, où un homme a été arrêté jeudi après avoir tenté de foncer dans la foule sur la principale artère commerçante d'Anvers, a annoncé la police, sans faire état de blessés.

"L'auteur de l'attaque en face du Parlement britannique à Londres est un soldat de Daesh et l'opération a été menée en réponse à l'appel à frapper les pays de la coalition" internationale, a indiqué une "source de sécurité" de l'organisation jihadiste à l'agence de propagande Amaq.

C'est la première attaque sur le sol britannique revendiquée par ce groupe extrémiste. "Les Londoniens ne se laisseront pas intimider par le terrorisme", a promis à cette occasion le maire de la ville Sadiq Khan. Des gens ont présenté leurs condoléances aux policiers qui ont perdu un collègue dans l'attentat.

"Nous sommes venus dire que, en tant que musulmans, nous condamnons sans équivoque tous les actes violents survenus hier", a déclaré à l'AFP Naveed Mirza, un étudiant en droit de 20 ans. Ils ont observé une minute de silence.Le périmètre autour du palais de Westminster, coeur politique et touristique de la capitale, était toujours bouclé et un calme étrange y régnait, interrompu seulement par le bruit des hélicoptères tournant dans le ciel.

Articles Liés

Commentaires