Tanitnews

Emmanuel Macron et Marine Le Pen au second tour


"Les Français ont exprimé leur désir de renouvellement ", a ajouté le candidat qui, à 39 ans, est bien placé pour devenir le plus jeune Président de la VRépublique. Aucun mandat électif à son actif.

Selon les premières estimations de notre partenaire Ipsos, Emmanuel Macron est arrivé en tête du première tour de l'élection présidentielle française avec 23,29% des suffrages.

D'Alain Juppé à Laurent Wauquiez, en passant par Jean-Pierre Raffarin, la doctrine du 'ni ni' que Nicolas Sarkozy avait imposée à la droite depuis 2011 - ni FN ni front républicain - a été enterrée dimanche soir, à l'exception notable de 'Sens Commun' et du parti chrétien-démocrate, alliés de François Fillon, qui ont mis en avant 'la liberté de conscience'. "Alors que le désir d'alternance, après un quinquennat unanimement jugé calamiteux, n'a jamais été aussi puissant, (la droite) ne sera pas, pour la première fois de son histoire, représentée au second tour de l'élection présidentielle", écrit le quotidien. Alors que durant sa campagne, l'ex-Premier ministre n'a eu de cesse de présenter Emmanuel Macron comme l'héritier de François Hollande, les électeurs de droite voudront-ils - pourront-ils - opérer un si brusque virage?

En Occitanie, le tiercé de tête est beaucoup plus resserré: Marine Le Pen s'impose de peu (22,9 %), devant Emmanuel Macron (22,3 %) et Jean-Luc Mélenchon (22,1 %).

Lors d'un comité politique en matinée, les principaux responsables LR ont laissé éclater leurs divergences sur un appel explicite à voter pour Emmanuel Macron, optant finalement pour un compromis qui exclut l'abstention au second tour.

Très loin derrière, le socialiste Benoît Hamon n'a recueilli que 6,2%, "sanction historique", selon ses mots, pour le parti au pouvoir depuis cinq ans. De même, des électeurs du premier tour, convaincus que le vote " barrage " se fera si l'on additionne les scores peuvent aussi se démobiliser. Seuls 59% ont choisi de voter pour François Fillon, les autres préférant accorder leur voix à Marine Le Pen (17%) et à Emmanuel Macron (14%).

Que vont-ils faire dans l'entre-deux-tours — Macron-Le Pen
Macron, qui se présente pour la première fois à une élection, avec son mouvement " En marche ", créé l'an dernier. Lui aussi a appelé à "battre le plus fortement et le plus puissamment possible le Front national ".

De fait, au sein même de la droite, beaucoup avaient estimé que François Fillon devait édulcorer son programme notamment sur la proposition de supprimer 500.000 postes de fonctionnaires.

Le candidat d'En Marche!, qui affrontera Marine Le Pen (FN) au second tour, fait figure de favori.

Une vision totalement opposée à celle de son adversaire Emmanuel Macron, qui rejette toute idée de retrait de la France de l'Union européenne. Le sénateur-maire de Troyes, soutien de François Fillon, considère que "le projet de Mme Le Pen est un chaos pour le pays".

Mais ce qui est peut-être le plus frappant, c'est le fait que nous ne soyons pas étonnés du résultat de Marine Le Pen. C'est un vote de ras-le-bol, parce qu'on en a marre, il n'y a pas de travail.

Le candidat d'extrême gauche, qui avait joui d'une dynamique favorable dans la dernière ligne de la droite de la campagne, échoue à 65 ans mais fait presque jeu égal avec François Fillon. En capitalisant sur le score impressionnant de son candidat, et en particulier de son écart avec le candidat de la gauche socialiste, la Franche insoumise se trouve en position de faire une OPA sur la gauche de gouvernement.

Articles Liés

Commentaires