Tanitnews

Le premier vaccin contre le paludisme bientôt testé dans 3 pays africains


Il est développé depuis les années 1980 par le géant pharmaceutique GlaxoSmithKline (GSK) en partenariat avec l'ONG Path Malaria Vaccine Initiative.

Le Kenya, le Ghana et le Malawi sont les trois pays d'Afrique retenus par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour tester le vaccin antipaludique Mosquirix. L'OMS souhaite vacciner au moins 120.000 enfants dans chacun des pays participant au programme pilote. Combiné à des méthodes de diagnostic, des traitements et des mesures de prévention éprouvés, comme les moustiquaires imprégnées de répulsif anti-moustique, "ce vaccin pourrait sauver des dizaines de milliers de vies en Afrique ", explique Matshidiso Moeti, directrice de la branche africaine de l'OMS. Selon des tests établit sur 15000 personnes entre 2009 et 2014, il permet de réduire 40 % le nombre d'épisodes paludiques sur une période d'au moins quatre ans et demi. La maladie tue près de 430.000 personnes par an.

Selon LACROIX son efficacité est limitée: il ne protège que contre les parasites de type Plasmodium falciparum, la forme la plus répandue, et non contre les autres plasmodiums qui peuvent également transmettre le paludisme. L'organisation mondiale de la Santé l'annoncé lundi 24 avril, à Nairobi. Les enfants de moins de 5 ans représentent plus des deux tiers de ces décès.

Pour son 500e but, Lionel Messi a fait très fort — Barça
Son 500e but, également celui de la victoire, a été inscrit dans le temps additionnel d'un tir du gauche également. Et attention à un calendrier délicat en Liga, avec quatre déplacements sur ses six derniers matches.

"Ce n'est pas un taux d'efficacité très élevé, mais quand on regarde le nombre de personnes touchées par la malaria, cela signifie que l'impact sera quoi qu'il arrive énorme", assure toutefois Mme Hamel. Ce test à grande échelle vise à évaluer l'efficacité du vaccin " dans le contexte d'un usage routinier " comme l'indique Mme Moeti. Il s'agira notamment de sensibiliser les parents au cycle de vaccination antipaludique, qui ne correspond pas au cycle traditionnel de vaccination des enfants (DTP, rougeole, etc) et implique donc des visites supplémentaires dans les centres médicaux. Seront prioritaires les zones les plus touchées par cette maladie.

En 2015, le paludisme touchait 214 millions de personnes et en tuait 429000 dans le monde.

Articles Liés

Commentaires