Tanitnews

Manuel Valls sera "candidat de la majorité présidentielle" aux législatives


Un autre cadre de l'entourage d'Emmanuel Macron a d'ailleurs abondé dans le même sens dans la foulée.

Les candidats de "La République en marche" doivent être investis pour les législatives avant jeudi 10h GMT dans chacune des 577 circonscriptions. "La bannière sur laquelle les candidats aux législatives iront s'appelle la République en marche (...) la procédure est la même pour tout le monde, il lui reste 24 heures", a-t-il ajouté. Interrogé sur la possibilité d'en être exclu, Manuel Valls a rétorqué: "Le Parti socialiste va exclure un ancien Premier ministre, qui a toujours été loyal?"

"Le soutien ne vaut pas investiture". Nous allons analyser s'il s'est inscrit à En Marche!, s'il a déposé sa candidature ou non (...). Mais Manuel Valls, lui, devra se coucher jusqu'au bout.

Un porte-parole du mouvement de M. Macron, Benjamin Griveaux, a précisé sur Europe 1 que l'ancien Premier ministre n'avait pas été investi par la commission nationale d'investiture.

Abdoul Mbaye convoqué aujourd'hui, pour présumée escroquerie au mariage
Les deux parties concernées à savoir Abdoul Mbaye et son ex épouse sont tous les deux arrivés au tribunal. L'ancien Premier ministre et son ex épouse feront face au juge de la première Chambre correctionnelle.

"Je pense qu'il a des chances". Il démissionne du gouvernement le 30 août de la même année, pour se consacrer à son nouveau mouvement et à sa campagne pour l'élection présidentielle de 2017. "Écoutez, il n'a pas été investi par la Commission nationale d'investiture, ou alors sa candidature m'a échappé". La règle s'applique à tous. "La République des privilèges est terminée", a-t-il continué.

"Je ne crois pas qu'il y ait de la dureté", a-t-il répondu aux journalistes qui estimaient qu'il y avait un côté "humiliant", "méprisant" à traiter un ancien Premier ministre "comme n'importe quel député".

Sa candidature avait été notamment soutenue notamment par le centriste François Bayrou (MoDem), et les socialistes Bertrand Delanoë (ancien maire de Paris) ainsi que Manuel Valls, ancien Premier ministre battu à la primaire de la gauche.

"Je serai candidat de la majorité présidentielle et je souhaite m'inscrire dans ce mouvement qui est le sien, "La République en marche", a-t-il en effet déclaré, soutenant ne pas avoir d'"ambition personnelle dans cette affaire-là".

Articles Liés

Commentaires