Tanitnews

Paris : évacuation de camps de migrants installés porte de la Chapelle


L'évacuation de plusieurs campements illicites de migrants porte de la Chapelle, dans le nord de Paris, a débuté tôt mardi matin, ont annoncé les préfectures de police de Paris et d'Ile-de-France.

La préfecture précise qu'une solution d'hébergement provisoire sera proposée à chacune des personnes évacuées. Les campements, constitués essentiellement d'Afghans, de Soudanais et d'Erythréens, étaient installés depuis plusieurs semaines aux abords du centre humanitaire pilote inauguré en novembre pour permettre l'orientation des migrants vers des centres d'accueil dans toute la France.

L'opération, qui a nécessité de couper brièvement la circulation sur ce carrefour...

"Le gouvernement va nous emmener dans des maisons". Les migrants avaient alors été provisoirement installés dans la bulle servant de sas d'accès au centre d'accueil, mais dans un climat de tensions communautaires.

Foot - Ligue des Champions d'Afrique (phase de poules): le tirage au sort
Avec Al Ahly, le WAC Casablanca et Coton Sport, la poule D a également fière allure. La première journée de la phase de poules se jouera entre le 12 et 14 mai prochain.

Quelque 350 fonctionnaires de police et une centaine de personnels de l'Etat et de ses partenaires sont mobilisés. "Je ne sais pas où mais c'est bien", explique Saïd, qui dit dormir dehors depuis un mois. "Certains ça fait trois mois ou plus". Une rixe brutale avait éclaté en pleine nuit mi-avril, faisant plusieurs blessés légers Vers 06H20, des Soudanais patientaient dans une zone d'attente avant de monter dans des bus tandis qu'un groupe d'Afghans, qui dormaient dans des tentes sous un pont, attendaient leur tour avant d'être pris en charge, peu avant 07H00, pour monter dans des bus.

"On a voulu accélérer la procédure parce qu'il y avait des campements assez importants qui devenaient extrêmement dangereux autour de la porte de la Chapelle", a-t-elle plaidé.

C'était la plus grosse opération de ce type organisée depuis l'évacuation, le 4 novembre, du gigantesque bidonville de la place Stalingrad, qui avait permis la "mise à l'abri" de près de 4.000 personnes. L'ouverture, dans la foulée, du centre humanitaire de la Porte de la Chapelle devait empêcher la reconstitution de ce genre de campement en offrant aux migrants une alternative à la rue, avant de les orienter vers des structures dans toute la France où ils peuvent, le cas échéant, préparer une demande d'asile.

" Le printemps risque d'être difficile", s'inquiète ce mardi le directeur général d'Emmaüs Solidarités, Bruno Morel. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP.

Articles Liés

Commentaires