Tanitnews

Législatives : la réponse cinglante d'"En Marche" à la sollicitation de Manuel Valls


Invité de Radio Classique, le président du groupe socialiste au Sénat, Didier Guillaume, a qualifié jeudi 11 mai de " honte " ce que Manuel Valls " prend sur la figure " de la part des socialistes après avoir annoncé qu'il souhaitait rallier La République en marche pour les législatives.

Compte tenu de cette situation, il a par la suite indiqué "Et donc, dans ce cas très précis, la commission nationale d'investiture ne peut pas analyser la candidature de M. Valls". L'ancien Premier ministre, qui avait déjà soutenu Emmanuel Macron et non Benoît Hamon (pourtant candidat officiel du PS) dès le premier tour de la présidentielle, essaye désormais d'obtenir (sans doute en vain) l'investiture de "La République en marche" pour les législatives. "Elle est importante, mais comme tout un chacun, les règles s'imposent à tous, y compris Manuel Valls", a affirmé Jean-Paul Delevoye mercredi sur Europe 1. Mercredi, le premier cercle de l'ancien chef de gouvernement se désolait du sort réservé à leur champion par le mouvement du nouveau président, qui lui a de nouveau claqué la porte au nez, refusant, "en l'état", l'investiture sous les couleurs de La République en marche (LRME) pour les législatives. "Manuel Valls ne mérite pas de la part d'En marche! les petites remarques ironiques que sa candidature a suscitées, voire même des remarques beaucoup plus violentes", a-t-elle regretté. Alors quel sera l'avenir du Parti socialiste?

Après s'être connecté sur le site du mouvement créé par Emmanuel Macron, Manuel Valls a donc décroché son téléphone pour appeler à l'aide le président de la commission d'investiture En Marche!, Jean-Paul Delevoye.

Les derniers sondages présidentielles 2017: Macron prend le large sur Le Pen
Critiquée pour son agressivité, Marine Le Pen a défendu sa prestation devant ses partisans en recourant à l'anaphore "J'ai été". Le candidat d'En marche! gagne trois points par rapport à la précédente enquête de cet institut réalisée du 28 avril au 2 mai.

Il a rappelé qu'un candidat ou une candidate' avait été 'prédéterminé' dans la circonscription où Manuel Valls a été élu pour la première fois en 2002 sous l'étiquette du PS. "Il y a une procédure en cours, il est déféré devant la commission des conflits", a déclaré Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du Parti socialiste. Une manière de critiquer Emmanuel Macron quelques jours après son élection. "Personne ne peut nous exclure du PS" à cause de l'appel à voter Macron, avait-il en effet dit à ses proches fin avril. "Il est déferré devant la commission des conflits", a-t-il précisé. Il n'aura d'ailleurs potentiellement plus de parti du tout car le Parti socialiste vient d'entamer une procédure à l'encontre de l'ancien Premier ministre.

"Je trouve assez étrange, à un moment où on devrait être derrière l'idée de rassembler, que les lieutenants du nouveau président prennent plus de temps à chercher à humilier un ancien Premier ministre en se réfugiant derrière une procédure administrative", a toutefois ajouté le sénateur.

Articles Liés

Commentaires