Tanitnews

Macron laisse la porte ouverte aux ténors LR et ménage Valls — Législatives


La Commission d'investiture a en effet décidé de ne pas investir "a priori" de candidat dans la première circonscription de l'Essonne, celle-là même où l'ancien Premier ministre avait demandé avec force insistance, mardi 9 mai, l'investiture du mouvement du président de la République. Pour dire les choses plus directement: la République en Marche veut se donner un peu de temps pour que les négociations en cours avec des ténors des Républicains puissent aboutir.

Si des noms manquent encore à l'appel, c'est parce que "La République en marche!" a voulu s'accorder un délai supplémentaire de réflexion et de négociations face aux nouvelles candidatures envoyées depuis la victoire d'Emmanuel Macron, près de 1600.

Richard Ferrand, secrétaire général de La République en marche (LRM), a présenté jeudi 11 mai une liste, encore incomplète, des candidats qui seront investis sous l'étiquette du mouvement d'Emmanuel Macron. Il a notamment réalisé trois mandats parlementaires d'affilée et c'est contraire aux règles d'investiture d'En Marche!. Une manière, " au moment, nous voulons rassembler largement, on ne claque pas la porte au nez à un ancien Premier ministre ", a estimé le secrétaire général d'En Marche!.

Une sélection " exigeante", selon Richard Ferrand, et pour cause: la pression sera forte pour les candidats n'ayant jamais mené de campagne électorale.

Législatives en France: "En marche" présente sa liste de candidats
Autre concession faite au rassemblement: ce ne sont pas 577 noms, mais seulement 428 qui ont été présentés ce jeudi. Malgré quelques atermoiements sur la définition de ladite "société civile", l'engagement est tenu.

C'était la candidature la plus scrutée dans la liste des candidats investis par En Marche! pour les élections législatives du 11 et 17 juin prochain. Pourtant, d'après le journal, cette tentative de Macron de renouveler une Assemblée nationale vieillissante a échoué.

Le centriste Emmanuel Macron, 39 ans, avait créé en avril 2016 ce mouvement "ni de droite ni de gauche" avec l'ambition affichée de renouveler le paysage politique français.

Il reste encore à désigner, avant le 19 mai (date limite de dépôt des candidatures) les candidat (e) s dans quatre circonscriptions de Moselle. "Voilà donc un premier pas, avant qu'Emmanuel Macron ne dévoile en début de semaine la composition de son gouvernement, qui devrait comporter des ministres de droite". Seules 428 investitures ont été annoncées, alors que le nombre de circonscriptions est de 577. Une information confirmée par le mouvement En Marche qui parle d'une erreur. L'ex-juge d'instruction Laurence Vichnievsky (MoDem) a, elle, été choisie pour la 3e circonscription du Puy-de-Dôme, dont la députée sortante est l'écologiste Danielle Auroi. On y retrouve pêle-mêle le conseiller communication de François Hollande Gaspard Gantzer (Ille-et-Vilaine), le mathématicien Cédric Villani (Essonne) ou encore la torera Marie Sara (Gard). Le plus jeune candidat a 24 ans, la plus âgée 72.

Articles Liés

Commentaires