Tanitnews

La cote de confiance d'Emmanuel Macron et Edouard Philippe très basse


Hulot "doit appliquer la feuille de route" édictée par le président Emmanuel Macron, a-t-il souligné. Pari -presque- remporté donc pour le chef de l'Etat qui promettait parité et renouvellement.

Dans un proche avenir, l'agenda présidentiel prévoit une visite de M. Macron auprès des troupes françaises au Mali, probablement vendredi, un déjeuner le 25 mai avec le président américain Donald Trump en marge du sommet de l'Otan à Bruxelles, avant le sommet du G7 en Sicile les 26 et 27.

Le gouvernement Philippe s'est réuni, ce jeudi 18 mai, pour le premier conseil des ministres du quinquennat Macron.

Le secrétaire général de l'Elysée, Alexis Kohler, a annoncé, à 15H00 tapantes (13h00 Gmt), l'horaire prévu, et selon les canons du genre, la composition de ce gouvernement dont la moyenne d'âge est de 54 ans. "Mais le gouvernement est là pour gouverner, là pour préparer ce redressement, là pour incarner quelque chose, là pour lancer des projets", a-t-il affirmé. "Par définition quand on accepte l'offre du président de la République (.) on rentre dans une logique nouvelle et on essaie de donner au président la République, et au gouvernement que je dirige, une majorité pour faire avancer le pays", a répondu M. Philippe.

Autour de la table du Conseil, outre Emmanuel Macron et Edouard Philippe, 18 ministres et quatre secrétaires d'État avaient pris place.

Le président Ghanéen Nana Akufo- Addo au Sénégal ce lundi pour 48h
Le Président de la République du Ghana, Nana Akufo Addo, effectue actuellement une visite d'amitié au Sénégal. Macky Sall n'en est pas à son premier fait d'arme.

"Les ministres sont des militants de la majorité présidentielle, ils ne sont plus les militants de tel ou tel parti politique", a poursuivi M. Castaner. Quelle femme politique est chargée de l'égalité des femmes et des hommes?

Ces deux instances devront vérifier "que les personnalités qui sont pressenties au gouvernement font l'objet d'une première vérification de leur situation fiscale, alors que la loi prévoit que cette vérification ne s'opère qu'après leur nomination".

En riposte, sous l'égide de leur chef de file François Baroin, le parti de droite Les Républicains a lancé un contre-appel des 577 candidats de la droite et du centre aux législatives à défendre leurs "convictions" et à gagner ces élections pour imposer une cohabitation.

"Ce n'est pas une prise de guerre, c'est plutôt des prises d'otages". 65% des personnes interrogées estiment qu'il incarne un "renouvellement", contre 33% d'un avis contraire.

Articles Liés

Commentaires