Tanitnews

Le G7 promet d'en faire plus contre les cyberattaques


Les ministres des finances du G7 ont concentré leur attention sur la cybersécurité samedi à Bari (sud-est), un sujet déjà à l'agenda de la réunion alors qu'une vague massive d'attaques informatiques a touché des dizaines de pays.

Réunis à Bari, sur la côte adriatique italienne, les ministres des Finances et les banquiers centraux du G7 espéraient davantage de clarté de la part du secrétaire au Trésor américain, Steven Mnuchin et continuent de redouter le protectionnisme préconisé par Donald Trump et sa volonté de revenir sur la régulation bancaire ou de freiner la lutte contre le dérèglement climatique.

Dans une déclaration, les pays du G7 à savoir les États-Unis, le Japon, l'Allemagne, la France, la Grande-Bretagne, l'Italie et le Canada ont affirmé être conscients de la " menace croissante " que représente la cybercriminalité pour leurs économies et ont promis de trouver des solutions.

Le sujet sera notamment évoqué dans deux semaines à Taormina, en Sicile, à l'occasion d'un sommet des chefs d'Etat et de gouvernement du G7, a promis M. Padoan.

François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France, a indiqué qu'il s'agit en attendant de demander aux experts de faire une évaluation des capacités en matière de sécurité informatique afin de mieux préparer la riposte.

Les grands argentiers du G7 ont aussi promis d'en faire plus pour lutter contre le financement du terrorisme, l'évasion ou l'optimisation fiscale.

En étudiant WannaCry, des chercheurs découvrent Adylkuzz — Malware
Les données qui permettent d'utiliser ces gains sont extraites et envoyées à des adresses cryptées . Il faut donc s'en remettre à quelques principes de précaution à respecter en toutes circonstances.

Sur ces thèmes, "nous avons un langage commun", a affirmé de son côté le commissaire européen Pierre Moscovici. Avec Steven Mnuchin, "nos relations s'améliorent à chaque nouvelle rencontre", a ainsi assuré Pier Carlo Padoan, lors de la conférence de presse finale.

Le secrétaire américain au Trésor, qui lui était convié à son premier G7, s'est en revanche félicité du climat de cette réunion.

"Nous ne voulons pas être protectionnistes mais nous nous réservons le droit de l'être".

"Nous recommandons une approche plus équilibrée du commerce et ce qui a été entendu", a-t-il déclaré à la presse au terme du sommet de deux jours.

Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schaüble est "très désireux qu'on parvienne à un accord le 22 mai". Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP.

Articles Liés

Commentaires