Tanitnews

Accueil royal et méga-contrats pour Donald Trump en Arabie saoudite


Melania Trump a-t-elle ainsi voulu dénoncer la condition des femmes en Arabie Saoudite?

Ce sont en tout 34 accords qui ont été signés, dans des domaines aussi divers que l'armement donc, mais également dans le transport aérien ou encore le pétrole.

Un responsable de la Maison Blanche a annoncé samedi des contrats de ventes d'armements d'une valeur de 110 milliards de dollars (98,1 milliards d'euros) à l'Arabie saoudite.

D'après Riyad, l'objectif de ces accords est d'assurer sa sécurité et celle de la région du Golfe "face aux menaces de l'Iran ".

Hasard du calendrier? Cette annonce est intervenue le jour de la réélection du président iranien Hassan Rohani, un modéré partisan de l'ouverture de son pays au monde. Il n'incluait pas l'Arabie Saoudite, qui est l'un des alliés des Etats-Unis.

Parmi les accords entre les deux pays, on trouve par exemple la création d'un véhicule d'investissements dans les infrastructures piloté par l'américain Blackstone et le fonds souverain saoudien PIF.

Un gouvernement paritaire et allant de la gauche à la droite — France
Plusieurs représentants de la société civile entrent également dans le gouvernement. L'eurodéputée centriste Sylvie Goulard accède de son côté au ministère des Armées.

Le roi Salmane et Trump ont par ailleurs signé une " déclaration sur une vision stratégique conjointe " renforçant des relations bilatérales. L'accueil du roi Salman a été chaleureux, bien plus que celui réservé à son prédécesseur démocrate Barack Obama.

Donald Trump n'avait pourtant à l'époque pas apprécié le geste de l'ex-Première dame et l'avait notamment fait savoir sur son compte Twitter le 29 janvier 2015: "De nombreuses personnes disent que c'était merveilleux que Mme Obama refuse de porter un foulard en Arabie, mais (les Saoudiens) ont été insultés".

Arrivée avec son mari, Melania Trump était habillée sobrement, avec les cheveux au vent, contrairement aux Saoudiennes qui sont obligées de se couvrir la tête en public.

La fille aînée du président, Ivanka, et son époux Jared Kushner font partie de la délégation présidentielle, qui comprend aussi Stephen Bannon, conseiller stratégique de Donald Trump.

Le cortège officiel est ensuite parti en direction d'un grand hôtel de la capitale pavoisée de drapeaux saoudiens et américains. Les rues, quasiment désertes, étaient ornées de photos montrant le roi et Trump avec un slogan " Ensemble, nous triomphons ".

Le roi Salmane, avec lequel le président républicain doit se réunir en début d'après-midi, a appelé à " un nouveau partenariat " entre les Etats-Unis et les pays musulmans, dont nombre de dirigeants seront présents dimanche à Ryad.

Articles Liés

Commentaires