Tanitnews

François de Rugy désigné candidat LREM — Présidence de l'Assemblée


"Avec la dernière mandature de Claude Bartolone, les choses sont devenues plus transparentes, mais il y a encore beaucoup à faire".

Quatre députés La République en Marche sont en lice: Brigitte Bourguignon et Sophie Errante, ex-socialistes, François de Rugy, ex-écologiste et donc Philippe Folliot.

Comment se passe le scrutin?

Depuis, deux femmes et un homme se sont déclarés, dont le dernier ce mardi matin.

Parti le premier en campagne, François de Rugy, 43 ans, ex-candidat à la primaire PS élargie et député de Loire-Atlantique depuis 2007, a mis en avant son expérience d'ancien coprésident des élus écologistes et vice-président de l'Assemblée. Il a promis une Assemblée nationale "plus démocratique, plus efficace et plus moderne", dans la foulée des réformes prévues par l'exécutif.

En outre, "il faut un Parlement qui contrôle vraiment" et, pour cela, "moderniser les questions au gouvernement", et accorder "de nouveaux pouvoirs d'enquête, d'accès aux documents administratifs, aux rapports d'inspection de l'administration". En plus du projet de loi de moralisation de la vie publique, il faudra "des décisions de l'Assemblée sur ses propres pratiques": "retraite des parlementaires, protection sociale en fin de mandat, notes de frais, règles d'emploi et statut des collaborateurs parlementaires, immunité parlementaire". Pour beaucoup d'élues, le temps est venu d'installer une femme au perchoir. Manuel Valls a indiqué qu'il voterait la confiance. Sa candidature au perchoir, annoncée vendredi, a surpris.

L'Assemblée nationale autorise l'enquête — Violences aux Kasaï
Des éléments de la police de la Monusco pourraient également se joindre aux travaux d'exhumation des corps que renferment ces fosses communes.

Entamant aussi un deuxième mandat, Sophie Errante, élue de Loire-Atlantique de 45 ans, veut travailler à "la réconciliation de l'Assemblée avec ses concitoyens". Ancienne cheffe d'entreprise dans l'import-export, ce qui pourrait bien lui servir en des temps où les personnalités "issues de la société civile" sont prisées en politique, elle s'est notamment intéressée à la simplification administrative pour les sociétés.

Une femme pourrait être élue à la présidence de l'Assemblée nationale, mardi 27 juin et ce serait une première. Il n'avait pas l'investiture de La République en Marche, mais il était soutenu par le parti d'Emmanuel Macron.

C'est aussi ce mardi, en fin d'après-midi, que prendra fin le suspense sur le nombre et la composition des groupes politiques : sept groupes, voire huit, contre six au démarrage de la précédente législature. Les critères comme l'expérience en tant que député, qui se doit traditionnellement d'être conséquente pour accéder au prestigieux poste, ou encore, dans le cas précis de cette nouvelle Assemblée, qui va compter avec de très fortes têtes comme Jean-Luc Mélenchon (FI) ou Marine Le Pen (FN), la capacité à savoir imposer son autorité, devront aussi être pris en compte.

Au menu du reste de la semaine, la répartition des postes à la questure, les vice-présidences, ou huit présidences de commissions attisent les convoitises.

Articles Liés

Commentaires