Tanitnews

Le leader de la France Insoumise mis en examen — Jean-Luc Mélenchon


"Il y a eu ici des sans-culottes, il y aura désormais des sans cravate", a-t-il déclaré lors d'une rencontre avec la presse avant l'ouverture de la séance consacrée à l'élection du président de l'Assemblée.

Ils ont décidé d'entrer à l'Assemblée nationale en "Insoumis".

Le chef de la France Insoumise Jean-Luc Mélenchon a été mis en examen lundi pour diffamation suite à ses propos tenus en avril 2016 contre la Société Générale. "C'est le peuple qui rentre à l'Assemblée nationale". C'est en tout cas comme ça que nous l'entendons symboliquement. "C'est une petite bataille symbolique, que je ne mets pas sur le même plan que ce refus de la casse du code du travail".

"Une provocation un peu ridicule", a jugé sur LCP le député FN Sébastien Chenu.

La tournée de Shakira passera par Lyon
Les utilisateurs de l'application Viber pourront décrocher leur sésame demain à 10h tandis que le tourneur Live Nation proposera une poignée de tickets le jeudi 29 à 10h.

La France insoumise ont refusé mardi de porter une cravate dans l'Hémicycle, rompant avec la tradition. "Un torchon? Mélenchon s'essuie déjà dessus", a déclaré de son côté le député Les Républicains Philippe Gosselin. En 2008, en croyant le port obligatoire et soucieux de la chaleur de l'été parisien, François de Rugy avait demandé au Bureau de l'Assemblée nationale, de modifier le règlement pour permettre aux députés de renoncer à la cravate durant l'été. Les huissiers de l'Assemblée nationale peuvent même en prêter une, en dernier ressort.

Le groupe parlementaire La France Insoumise le 27 juin. Ils n'étaient d'ailleurs pas les seuls à avoir abandonné leur cravate. Cédric Villani, député LREM de la cinquième circonscription de l'Essonne, s'est présenté arborant une de ses habituelles lavallière, tandis que le député de Polynésie Moetai Brotherson est lui en lavalava, un costume traditionnel.

En 1985, le ministre de la culture Jack Lang était arrivé dans l'hémicycle sans cravate et avec un col Mao. Interpellée par un huissier dans les couloirs du Palais Bourbon en 1972, Michèle Alliot-Marie, alors conseillère ministérielle, lui avait répondu: "Si c'est le pantalon qui vous gêne, je l'enlève".

Articles Liés

Commentaires