Tanitnews

NKM quitte la présidence d'un groupe LR déchiré au Conseil de Paris


Nathalie Kosciusko-Morizet a annoncé mardi à l'AFP qu'elle ne se représentait pas à la présidence du groupe Les Républicains au Conseil de Paris, en suggérant la possibilité que soit constitué un deuxième groupe. En cause, des "divergences profondes" au sein de ce groupe. La députée sortante de l'Essonne a été battue aux dernières législatives à Paris dans une circonscription supposée imperdable par la droite par un candidat de la République en Marche.

La "faillite du système installé et défendu bec et ongles par les barons de la vieille droite parisienne est manifeste", ajoute encore l'entourage de l'ex-candidate à la primaire de la droite et du centre.

Depuis, la jeune femme n'avait pas mâché ses mots pour accuser les "barons" LR parisiens, maires ou députés de longue date comme Claude Goasguen ou Jean-François Lamour, de "n'avoir jamais voulu prendre Paris" en organisant la défaite pour rester les patrons de leur "territoire protégé".

Des écologistes à Macron, parcours d'un ambitieux — François de Rugy
Ce qui laisse donc l'opportunité à Emmanuel Macron de promouvoir, en tant et une heure, une femme à la tête de la chambre basse. Député de Loire-Atlantique depuis 2007, il a été coprésident des élus écologistes et vice-président de l'Assemblée.

Selon le journal Le Monde, NKM "devrait expliquer qu'elle entend ainsi retrouver le temps nécessaire à l'exercice d'une activité professionnelle pour compenser la perte de son indemnité parlementaire". Les coups de fil, les "consultations" entre élus ont succédé à quelques claquements de portes après la déroute aux législatives, où la droite LR a perdu quatre circonscriptions sur les six détenues.

Pour une autre élue, "nous avons actuellement un groupe d'anciens qui ne sont pas du tout ouverts à la construction". Du côté de LR "canal historique", M. Lecoq affirme: "Ce qui risque de se passer, c'est un peu le même scénario qu'à l'Assemblée Nationale".

NKM a un peu plus tard indiqué rejoindre un groupe de conseillers LR "libres, progressistes et indépendants", dont la création a été annoncée simultanément par l'élu du XVIe arrondissement Pierre Auriacombe. François-David Cravenne, seul candidat déclaré jusqu'à présent à la présidence du groupe LR, a estimé que ce nouveau groupe était "l'émanation de l'onde de choc du macronisme" avec un "positionnement très difficile à définir".

Articles Liés

Commentaires