Tanitnews

Saint gobain : Saint-Gobain confirme avoir été victime d'une cyberattaque


En France, le groupe Saint-Gobain, dont le siège est situé à La Défense (Hauts-de-Seine), a confirmé dans l'après-midi avoir été touché. Le géant des cargos, plus grande entreprise danoise, annonce sur Twitter ce mardi que certains de ses systèmes informatiques sont "tombés", que "la sécurité des business de [leurs] clients et de [leurs] salariés" sont la priorité, et que "des mises à jour sont à venir". Cette attaque s'est propagée dans le reste du monde et a frappé le transporteur maritime danois Maersk, le géant publicitaire britannique WPP ainsi que l'industriel français Saint-Gobain.

Le virus "se répand dans le monde entier, un grand nombre de pays sont affectés", a prévenu sur Twitter Costin Raiu, chercheur du laboratoire russe Kaspersky. Une cyberattaque simultanée a affecté des entreprises du monde entier, mardi 27 juin.

Une cyberattaque a visé mardi des banques et entreprises ukrainiennes, a annoncé la banque centrale d'Ukraine dans un communiqué. Les premiers dysfonctionnements sont apparus en Ukraine où des banques, des entreprises, des compagnies d'Etat et même le réseau informatique du gouvernement ont été touchés.

Transferts : Maxime Gonalons vers l'AS Rome
Comme pressenti depuis plusieurs jours maintenant, le capitaine de l'OL s'est fait une raison et va quitter la Ligue 1 . Là-bas, son profil est très apprécié par Monchi, le célèbre directeur sportif, et Eusebio Di Francesco, l'entraîneur.

À la suite de ces attaques, "les banques éprouvent des difficultés à prendre en charge leurs clients et faire des opérations bancaires", a ajouté la banque centrale d'Ukraine.

En Russie, Rosneft, l'un des plus gros producteurs de pétrole au monde, s'est dit victime d'une " attaque puissante " mais a assuré que sa production n'avait pas été interrompue grâce à un serveur de secours. La banque ukrainienne Oschadbank a ainsi indiqué dans un communiqué "être contrainte de recourir à des services limités pour ses clients". Et également, apparemment, des entreprises de transports: le métro de Kiev indiquait sur sa page Facebook, ne pas pouvoir accepter de paiements en carte bancaire à ses guichets à cause d'"une cyberattaque".

Il s'agirait des conséquences d'une "version modifiée récemment" du virus Petya, un ransomware (un rançongiciel), selon le groupe de sécurité informatique Group-IB. Le site du gouvernement ukrainien éprouvait également des difficultés dans l'après-midi. "C'est en cours de résolution", a déclaré une porte-parole du groupe français de matériaux à l'AFP, sans être en mesure de donner davantage d'information dans l'immédiat. Il s'agit d'un virus similaire à Wannacry qui a infecté des centaines de milliers d'ordinateurs, en mai, en exploitant une faille des systèmes Windows.

Articles Liés

Commentaires