Tanitnews

FoxNews a-t-elle divulgué de fausses informations en faveur de Trump ?


Il a assigné la chaîne en justice.

Selon Fox News, son décès serait la conséquence de sa coopération avec WikiLeaks, à qui il aurait fourni des emails du parti démocrate.

Selon lui, Donald Trump en personne aurait donné son feu vert à la publication pour faire diversion en pleine polémique sur le limogeage du directeur du FBI.

Alors que Donald Trump accuse sans cesse la CNN de propager des fake news, c'est lui qui s'est servi de la chaîne d'informations Fox News pour propager de fausses informations.

"Yes, la meuf est dead" : le SMS polémique de Sibeth Ndiaye
Interrogée par LCI, Sibeth Ndiaye dément: " Le SMS est totalement faux" assure-t-elle, sans ajouter davantage de commentaires. Un journaliste s'était adressé à elle pour demander confirmation du décès de Simone Veil .

Dans un article du Monde, on lit que si le fondateur de Wikileaks aurait pu laisser entendre que Seth Rich fournissait des informations pour le site, mais ne l'affirmait jamais, l'article de Fox News affirmait que Rod Wheeler, un détective privé, aurait été mandaté par la famille Rich. D'après l'auteure de l'article, Rod Wheeler confirmait la collaboration entre Seth Rich et Julian Assange.

Selon cette théorie, qui n'est étayée par aucune preuve formelle, Seth Rich aurait communiqué à WikiLeaks, la plateforme de publication de documents secrets, des courriers électroniques internes au comité national du parti démocrate, avant d'être découvert et assassiné. L'article a été repris dans l'émission télévisée Fox and Friends et surtout par l'animateur star de la chaîne, Sean Hannity, plusieurs soirs de suite. Citant un SMS de Ed Butowsky, le consultant affirme que Donald Trump lui-même aurait lu l'article avant sa publication et aurait demandé qu'il soit mis en ligne, quelques heures avant la publication.

Quelques jours après avoir mis l'article en ligne, Fox News l'a retiré, expliquant qu'il n'avait pas été soumis à " l'examen éditorial le plus exigeant " et ne respectait pas les " standards " de la chaîne en matière d'information. Le consultant a même rencontré Sean Spicer, le press secretary de la Maison Blanche, un mois plus tôt pour parler de l'article. Sean Spicer a confirmé la rencontre à la radio nationale américaine NPR, mais jure que le président n'était pas au courant.

La porte-parole de la Maison Blanche Sarah Huckabee a déclaré lors d'un point presse que "Le président n'a pas connaissance de l'histoire et il est complètement faux de dire que lui ou la Maison Blanche aient été impliqués".

Articles Liés

Commentaires