Tanitnews

Le dispositif Sentinelle redéployé pour mieux s'adapter à la menace terroriste


L'opération Sentinelle, qui mobilise 7.000 militaires en France pour des missions de protection, va changer de mode d'action pour mieux s'adapter à l'évolution de la menace, ont annoncé jeudi les ministres des Armées et de l'Intérieur. "La menace évolue, il nécessite de faire évoluer le dispositif", a expliqué Gérard Collomb lors du compte rendu du conseil.

"C'est une autre façon de travailleur que nous avons décidé de mettre en place", a ajouté Florence Parly, la ministre des Armées. Donc, on pourrait dire que c'est une opération paratonnerre, on se dit que s'il y a une attaque qui doit intervenir quelque part, on préfère qu'elle survienne en prenant pour cible des militaires capables de se défendre, plutôt que des civils qui, eux, n'ont pas la possibilité de se défendre'.

Concrètement, l'opération comprendra désormais trois niveaux: un " dispositif permanent " pour la sécurisation de sites sensibles (écoles, lieux de culte.), touristiques, aéroports ou gares; un " échelon de renforcement planifié " pour la protection d'événements occasionnels, sportifs par exemple, ou saisonniers (Noël, festivals.); une " réserve stratégique " de 3 000 hommes.

Le gouvernement s'est refusé à toute projection chiffrée sur les déploiements au quotidien, laissant seulement entendre que les effectifs fluctueraient en fonction de la menace.

La Région IDF met fin à un privilège accordé à Albert Dupontel
La présidente de la Région a fait le choix de déclassifier l'hôtel particulier, afin de pouvoir le vendre. Cette révélation de La Lettre A a été confirmée ce vendredi par le conseil régional.

"Il faut être plus imprévisible, plus discret, plus à la manoeuvre (.) ne pas permettre à l'agresseur de disposer d'un certain nombre d'informations qui rendraient l'opération moins efficace et exposeraient de façon inutile les forces engagées", a expliqué Florence Parly. Les ministres de l'Intérieur et des Armées se rencontreront dès vendredi, puis une fois par mois, pour ajuster l'opération en fonction des besoins, les militaires restant sous l'autorité des préfets. "Avec les mêmes effectifs, on fera plus", promet-on de source militaire.

Le remaniement présenté jeudi poursuit de facto une évolution déjà engagée depuis plusieurs mois, avec le passage de gardes statiques devant des bâtiments sensibles à des patrouilles plus mobiles. "Ce n'était pas la commande qui nous avait été passée par le président de a République".

LIRE AUSSI Terrorisme: l'opération Sentinelle a-t-elle encore une utilité? Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Articles Liés

Commentaires