Tanitnews

Un commando ariégeois annonce la réouverture de la chasse à l'ours


Et il y a quelques semaines des agents de l'Office national de la chasse et la faune sauvage ont été agressés par des hommes armés alors qu'ils se rendaient sur le terrain pour constater des dégâts commis par l'ours.

A Foix (Ariège), des medias ayant au moins une agence locale ont tous été destinataires d'une clé USB contenant une vidéo. "Alors, nous avons décidé de rouvrir la chasse à l'ours en Ariège et de mener une résistance active face aux agents de l'Etat", entend-on en conclusion avant que deux hommes du groupe ne tirent un coup de fusil.

"Nous, montagnards d'Ariège, éleveurs, randonneurs, chasseurs, élus, citoyens disons à l'Etat STOP ça suffit".

"Par l'introduction d'ours slovènes et la création d'une pouponnière leur permettant de se multiplier, l'État français met en place une gestion du territoire où peu à peu, il limite aux hommes, aux femmes de la montagne l'accès, la liberté d'être, de faire, de travailler", explique-t-il.

Apple Watch Series 3: est ce qu'elle vaut mieux que les autres ?
A noter ceêndant que mode Cellular 4G sera seulement disponible chez l'opérateur Orange (dans un premier temps espérons le). Bémol, il faut tout de même posséder un iPhone pour pourvoir utiliser ces nouvelles fonctionnalités.

Ces images ne sont pas du tout du goût des autorités.

"Une enquête préliminaire a été ouverte jeudi soir du chef de participation armée à un attroupement par une personne dissimulant son visage afin de ne pas être identifiée". Canular ou vraie revendication, cette vidéo, qui rappelle certaines conférence de presse d'indépendantistes corses, n'a pas encore été authentifiée mais la préfecture de l'Ariège a indiqué avoir transmis la vidéo à la procureure de Foix pour "engager des poursuites judiciaires".

Pour ces faits, les hommes présents dans la vidéo risquent au maximum cinq ans de prison, 75.000 euros d'amende ainsi qu'une interdiction de détenir des armes. "Alors qu'a eu lieu, le 25 août dernier, une agression contre quatre agents de l'ONCFS victimes de menaces, de tirs de carabine et de dégradation de leur véhicule, la préfète de l'Ariège invite les responsables professionnels, institutionnels et politiques à marquer leur désaccord avec ceux qui franchissent la ligne de l'illégalité et condamner cette nouvelle irruption de violence et d'usage des armes".

Pour rappel, cet avertissement intervient alors que la présence de l'ours en Ariège est largement contestée.

Articles Liés

Commentaires