Tanitnews

Marquinhos "Laisser les autres parler"


Et concernant Neymar et Daniel Alves?

Un sentiment de revanche par rapport à Aulas? Il faut d'abord penser à nous, notre club, notre président, et laisser les autres parler. On laisse parler les autres, la réponse sera sur le terrain. Dès le premier match, ils voyaient et se connaissaient déjà.

On a l'impression que l'entente entre Neymar et Kylian Mbappé est déjà très bonne, est-ce parce qu'ils se comprennent entre "cracks"?

On aura des blessés, des malades, il peut arriver beaucoup de choses. Tite a dit qu'il fallait faire très bien en club pour être appelé en sélection. "Il faut travailler en club". Mais ils manquent d'automatismes encore.

"Il y a toujours quelque chose à améliorer, on ne peut pas penser qu'on a atteint notre plus haut niveau".

Patrick Henry, détenu depuis 40 ans, obtient une suspension de peine
Patrick Henry est "dévoré par la maladie", a ajouté cette visiteuse de prison âgée de 67 ans, qui le connaît depuis 1992. Mais il était revenu derrière les barreaux après avoir été interpellé en 2002 en Espagne avec 10 kilos de cannabis.

Marquinhos: "En un an, il peut se passer beaucoup de choses". Il faut savoir s'adapter à chaque match, à l'adversaire. "On a déjà fait un très bon début de saison mais on a des choses à améliorer". Pour les étrangers, ils savent aussi qu'il faut apprendre la langue. "Il manque encore des automatismes mais c'est déjà très bien, j'espère qu'ils vont se connaître encore mieux et encore améliorer leurs performances".

On parle beaucoup de l'attaque mais le milieu est très solide également et derrière ça suit bien.

. S'ils parlent français? Ils essayent (rires). Le français? Dani a déjà pas mal joué avec des joueurs français, il sait quelques mots et comprend très bien. Pour Neymar c'est un peu plus compliqué mais il y travaille. Il demande "Comment je dis ça?" Depuis que je suis arrivé à Paris, c'est comme un frère pour moi. Je pense que les objectifs qu'on veut atteindre, ce n'est pas avec 11 ou 12 joueurs, c'est avec un effectif vraiment très fort. On a le championnat, les coupes, la Ligue des champions. "C'est là où il faut être prêt pour saisir les opportunités et prendre sa place dans l'équipe". On s'est tous adaptés à la philosophie de jeu du coach, et ça c'est un point très positif. Le match que Thiago Motta, Adrien et Verratti ont sorti à Glasgow est énorme. Même à Metz quand on a joué avec seulement deux milieux de terrain, on a aussi été très costauds.

" Le coach ne nous a pas encore dit quelle formation il va donner".

Articles Liés

Commentaires