Tanitnews

Le Hamas se dit prêt à la réconciliation avec le Fatah


Le Hamas est prêt à discuter de la formation d'un gouvernement de réconciliation avec ses rivaux du Fatah, a annoncé dimanche le mouvement palestinien dans un communiqué.

"En réponse aux efforts égyptiens, le Hamas annonce la dissolution du 'comité administratif' dans la bande de Gaza et donne son accord pour entamer des discussions sur la réconciliation et pour organiser des élections générales", selon un communiqué publié tôt dimanche.

Le Hamas précise dans le texte qu'il restituera le pouvoir dans la bande Gaza au gouvernement d'union et que l'administration qu'il y a mise en place sera dissoute.

L'Autorité palestinienne que dirige Mahmoud Abbas est reconnue par la communauté internationale.

Cet organe est perçu par le président Abbas comme un gouvernement parallèle entravant la réconciliation et l'unité interpalestinienne, ce que le parti islamiste a toujours nié.

Nicolas Dupont-Aignan : le "miraculé" tente un retour
Nicolas Dupont-Aignan prédit "500.000 chômeurs" supplémentaires "dans les prochains mois" avec l'application des ordonnances réformant le droit du travail.

Depuis sa création en mars dernier, Abbas s'est efforcé d'affaiblir le Hamas, bloquant notamment les versements de la facture de l'électricité fournie par Israël à Gaza, qu'il réglait jusqu'à présent.

Un dirigeant du Fatah, Azzam al-Ahmad, a évoqué par ailleurs une prochaine réunion entre les deux partis suivie d'une rencontre élargie aux autres factions palestiniennes, dans l'optique de discuter d'un document sur la réconciliation.

L'annonce du Hamas intervient quelques jours après une visite au Caire de son chef, Ismaïl Haniyeh, dont c'était le premier déplacement dans ce pays depuis son élection en mai.

Le président palestinien Mahmoud Abbas a mené un conflit contre le Hamas au sujet de la bande de Gaza en 2007, qui a mené le Hamas a prendre le contrôle du territoire. Mais d'une victoire à la Pyrrhus puisqu'il a, pour faire céder le Hamas, exercé ces dernières semaines d'énormes pressions financières sur la bande de Gaza. Aux portes du désert, l'enclave souffre d'un manque permanent d'eau et d'électricité et, selon l'ONU, risque de devenir "invivable" d'ici à 2020.

Articles Liés

Commentaires