Tanitnews

Feu d'artifice de Greenpeace à la centrale de Cattenom — Nucléaire


Les militants sont en effet entrés en action tôt ce jeudi matin, se sont introduit à l'intérieur du périmètre de la centrale mosellane, et ont déclenché un feu d'artifice à proximité de la piscine d'entreposage de combustible nucléaire usé. EDF a de son côté annoncé que les militants avaient été "stoppés par les gendarmes" et n'avaient pas accédé "à la zone nucléaire", précisant que leur intrusion n'avait pas eu d'impact "sur la sûreté des installations". Pas d'accès à la zone nucléaire. Sur le réseau social, les militants affirment quant à eux avoir tiré un feu d'artifice "au pied de la piscine de combustible usagé".

Il s'agissait, a expliqué Roger Spautz, d'attirer l'attention sur la "fragilité" des bâtiments avec piscine "qui ne sont pas protégés, contrairement aux bâtiments réacteurs".

Voiture électrique : la recharge en seulement 6 minutes d'ici 2019 ?
Le japonais Toshiba assure avoir développé une batterie qui peut stocker deux fois plus d'énergie qu'une batterie classique. La nouvelle génération de la batterie SCiB de Toshiba pourrait être commercialisée en 2019.

Dans un rapport rédigé par sept experts du nucléaire et publié mardi, Greenpeace dénonce le manque de protection et de sécurité du parc nucléaire français.

Les experts ont conclu à un "déficit historique de la protection de nos installations", particulièrement celle des piscines de refroidissement. EDF a immédiatement rejeté ces accusations, assurant que les centrales françaises étaient "sûres, bien surveillées et très bien protégées".

Articles Liés

Commentaires