Tanitnews

Ce "mandat de rêve" qu'elle convoite — Rachida Dati


Reste que l'eurodéputée n'est pas la plus consensuelle des élus parisiens.

Les prochaines élections municipales n'auront lieu qu'en 2020 (voire 2021, si les municipalités décident de repousser le scrutin pour en fixer la date en même temps que les régionales et les départementales). Rachida Dati n'a jamais fait mystère de son appétit pour la mairie de Paris, dont elle ambitionne depuis des années de prendre la tête. Tout le monde connaît Paris. "Personnellement, je préférerais mille fois cela à un portefeuille de ministre", explique l'ex-garde des Sceaux.

Le gouvernement veut faciliter les initiatives locales — Déserts médicaux
L'Ordre des médecins prédisait l'année dernière un quart de généralistes en moins en 2025 par rapport à 2007. Ces petites structures regroupant plusieurs professionnels étaient au nombre de 910 en mars.

"Paris, si j'y vais, je gagne", aurait affirmé à un proche la maire du VIIème arrondissement parisien. Aux dernières municipales, elle aurait proposé un "ticket" commun à Nathalie Kosciusko-Morizet, ce que cette dernière aurait refusé pour se présenter seule, provoquant la brouille des deux femmes. Ancienne ministre de la Justice, Rachida Dati considère par ailleurs curieux le fait que Nicole Belloubet ne se soit pas prononcée sur la loi antiterroriste. Tout d'abord, le Parisien croit savoir que "NKM" n'a pas renoncé à devenir maire de Paris. "Mais elle ne se lancera qu'à une condition: être assurée de disposer d'une super équipe, faisant bloc autour de la tête de liste", précise un proche de la députée européenne au quotidien. Delphine Bürkli, qui a ravi le IXe arrondissement à la gauche en 2014, mais surtout Pierre-Yves Bournazel tracent ainsi leur propre sillon.

Articles Liés

Commentaires