Tanitnews

L'État français savait-il — Lafarge en Syrie


Lafarge, qui a fusionné avec le Suisse Holcim en 2015, est au coeur d'une enquête sur les liens qu'il a pu entretenir, notamment avec l'EI, pour continuer à faire fonctionner sa cimenterie de Jalabiya (nord de la Syrie) en 2013 et 2014, malgré le conflit.

Selon l'ONG créée en 2001 pour protéger et défendre des populations victimes de crimes économiques et basée à Paris, l'ancien ministre français des Affaires étrangères (2012 à 2016) et actuel président du Conseil constitutionnel aurait été au courant du versement par la direction de Lafarge en Syrie d'enveloppes à l'Etat islamique. "Il faut aussi rechercher la responsabilité de l'Etat, si jamais l'Etat est aussi impliqué", a expliqué Marie-Laure Guislain, responsable de Sherpa. Le ton est donné.

"La justice française ne doit oublier aucun acteur dans cette affaire", estime la responsable du contentieux de Sherpa, Marie-Laure Guislain.

Benjamin Castaldi quitte le plateau furieux après Cyril Hanouna — Babanormal Activity
Il avait surpris tout le monde en quittant Touche pas à mon poste! au beau milieu d'un direct, le 9 mai dernier. Une fois de plus, Cyril Hanouna a fait une blague qui a un peu mal tourné.

L'ONG Sherpa, chargée de la défense des anciens salariés syriens de Lafarge, réclame l'audition de l'ancien ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius. Une demande "d'acte" a été déposée cette semaine auprès des juges d'instruction du tribunal de Paris. Ces onze salariés ont par ailleurs saisi la justice pour "mise en danger de la vie d'autrui", indique le site.

L'ONG Sherpa défend d'anciens employés syriens du cimentier Lafarge. L'entreprise a été la dernière multinationale à cesser ses activités en Syrie, pays ravagé par une guerre civile depuis 2011. "Tous les six mois, on allait voir le quai d'Orsay, qui nous poussait à rester". "(...) Le Quai d'Orsay dit qu'il faut tenir, que ça va se régler", a notamment affirmé le directeur général adjoint de l'époque.

Le ministère des Affaires étrangères conteste cette version, assurant que la diplomatie française aurait "alerté le groupe Lafarge sur les risques encourus à rester en Syrie". Le cimentier Lafarge, présent en Seine-Maritime et dans l'Eure, est accusé d'avoir versé des pots de vins à des groupes armés en Syrie, dont Daech, entre 2012 et 2014.

Articles Liés

Commentaires