Tanitnews

Israël refuse l'entrée à sept élus français


Contactée par L'Express, Clémentine Autain n'était pas joignable dans l'immédiat.

"Dans le cadre de la politique que je mène pour combattre les leaders du boycott contre Israël, nous ne permettrons pas l'entrée de ceux qui appellent activement à s'en prendre à l'Etat d'Israël, surtout après leur requête visant à rencontrer et à renforcer le meurtrier Barghouti, de boycotter Israël et même de le promouvoir", a déclaré Gilad Erdan dans un communiqué.

Quelques heures seulement après l'annonce faire par Patrice Leclerc, maire de Gennevilliers, du départ prévu le week-end prochain, d'une délégation composée de plusieurs centaines d'élus - parlementaires, sénateurs, conseillers régionaux, départementaux ou municipaux, principalement du PCF, de la FI ou de EELV - qui ont pour objectif principal la rencontre avec les populations palestiniennes et israéliennes, mais également la volonté de rencontrer Marwan Barghouti, l'avocat franco-palestinien Salah Hamouri et d'"alerter sur la situation des près de 6000 prisonniers politiques palestiniens", le régime israélien a réagi sans nuance. Les autorités israéliennes recommandent donc par avance aux élus français " de ne pas prendre l'avion du tout ". Mais les autorités de ce pays ont indiqué lundi qu'elles refuseront l'entrée sur leur territoire à ces élus.

Commutateur de colonne de direction Kostal
C’est la colonne de direction en-dessous du volant qui assure la bonne manœuvrabilité de la voiture. Un système de direction est bien plus complexe, et les automobilistes doivent en être informés.

La France Insoumise soutient que le ministre israélien de la Sécurité publique se sert de l'intention de rencontrer Marwan Barghouti comme "prétexte" pour refuser leur entrée sur le territoire israélien, affirmant que les propos de Gilad Erdan sont "stupéfiants".

La délégation espérait rencontrer Barghouti, un éminent dirigeant et prisonnier qui purge cinq peines d'emprisonnement à perpétuité pour son assassinat de 26 personnes dans des attentats suicides et des embuscades lors de la deuxième Intifada. Il est au contraire surnommé "le Mandela palestinien" par ses partisans locaux et occidentaux.

La délégation française entendait aussi chercher aussi à voir Salah Hamouri, en détention administrative en Israël depuis le 23 août. Le Quai d'Orsay s'est dit "préoccupé" par sa situation fin octobre, s'étonnant de ne pas avoir connaissance des charges retenues contre lui, et a dit "espérer" sa libération. "Le mouvement, dont quatre députés doivent participer au voyage, Clémentine Autain, Michel Larive, Danièle Obono et Muriel Ressiguier, appelle " le président de la République, le gouvernement et le président de l'Assemblée nationale à intervenir pour que cette menace d'interdiction ne soit pas rendue possible", estimant qu'" il en va de la démocratie et de la paix ".

Articles Liés

Commentaires